ADADA

Association de Défense des Artistes et de Développement des Arts

Danse en Danger – Pour des États Généraux de la Danse en Basse-Normandie

dansendanger

Le constat est unanime, la danse souffre en Basse-Normandie, d’une situation devenue insupportable.

Le problème est d’abord national et relève d’une politique culturelle de l’État bien trop frileuse …La danse demeure le parent pauvre dans le soutien de l’État, et de fait, la Basse-Normandie se traîne en queue de peloton des régions les plus mal loties en fonds d’États. L’aide consentie aux compagnies de danse indépendantes y est dérisoire, on relève qu’aucune compagnie n’est conventionnée… À cela s’ajoute : Absence de lieux propres indépendants véritablement soutenus, absence de réseau de diffusion organisé et structuré.

Tout repose sur le Centre Chorégraphique National qui fait l’impossible, mais avec des moyens qui lui sont chichement comptés…Le festival « Danse d’ailleurs » en dépit de son succès populaire, ne dispose pas d’une assise financière digne de ce nom ! Pourtant chacun sait combien la vitalité de la danse dépend d’une judicieuse circulation des œuvres, de l’ouverture et la richesse des échanges et d’un entretien exigeant et constant de l’appétit du public.

Hélas, on ne finirait pas d’énumérer les obstacles qui nuisent à la dynamique et au développement de la danse. Il n’y a pas que la danse professionnelle qui souffre de mauvais traitement. Toute la chaîne des intervenants est affectée, toutes les formes de danse maltraitées et à tous les niveaux de la pratique.

Quoique la danse soit la discipline artistique la plus populaire…elle souffre d’un manque de considération notoire de la part des responsables politiques.

De la formation des professeurs, aux écoles de danse, en passant par les pratiques amateurs… Il faut penser une véritable politique de soutien et d’encouragement pour cette discipline… C’est malheureusement, le contraire qui se passe. Et c’est pourquoi il devient urgent de convoquer des « États généraux de la danse ». Il faut mettre un terme à cette situation tant au plan national qu’au plan local. Nous sommes convaincus que des solutions existent pour remédier aux difficultés présentes … Mais il faut réunir tous les acteurs et mettre à plat tous les problèmes. Les bonnes volontés existent : nous n’en doutons pas.

Par conséquent, il suffit de s’organiser et d’écouter chacun pour que du dialogue sorte la mise en œuvre d’une nouvelle politique possible, qu’enfin soient offertes des perspectives à un secteur riche de forces vives nombreuses.

Depuis longtemps, les acteurs de terrain ont multiplié les actions, ouvert des pistes de travail, créé des lieux… Avec passion et courage, ils ont pris des initiatives… Et avec elles, pris les risques nécessaires et affirmé leurs sens des responsabilités !

Oui ! Les acteurs du secteur danse ne demandent pas la charité, car d’une manière riche et variée, ils ont fait leurs preuves, démontrer leur dynamisme ! Ils demandent un juste soutien, la juste reconnaissance de leur travail.

Ils se sont le plus souvent comportés en professionnels conséquents… Face à ce mouvement, il paraît normal que les pouvoirs publics répondent avec les mêmes exigences, le même professionnalisme… Que demande l’ensemble des acteurs de la Danse ? Seulement ceci : que s’organise un vrai partenariat avec les pouvoirs publics, une évaluation correcte des besoins et des moyens à mettre en œuvre, la juste reconnaissance des rôles et missions remplis par chacun, sans oublier personne ! Ils demandent une chose simple : que justice leur soit rendue.

Vivement, la tenue d’États généraux de la danse !
La danse veut vivre ! La danse vivra !

JP Dupuy Président de la coordination des Artistes de Basse-Normandie ADADA

Texte remis aux participants du Comité Régional du Spectacle Vivant Mairie de Caen
Vendredi 5 juin 2009

Illustration : à partir d’une photographie d’lga Spessivtseva, danseuse étoile

Publicités

Filed under: actualités, contributions, ,

L’imprévisible

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.

TWITTER

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.