ADADA

Association de Défense des Artistes et de Développement des Arts

puzzle

A noter :  Suite à mise au point Adada, la manifestation de vendredi prochain à Puzzle à 17h30 sera une réunion de travail !

JP Dupuy

Publicités

Filed under: actualités, , , ,

1% artistique au CRBN … en vidéo…

Une minute pour le 1% artistique  !

A découvrir en suivant ce lien…

Source : Conseil Régional de Basse Normandie, intervention de Monsieur Alain Tourret, 2ème Vice-Président de la Région Basse-Normandie, membre de la Commission permanente, Président de la Commission n° 7 « Jeunesse, culture, sport et loisirs, coopération décentralisée et droits de l’homme », Assemblée plénière du jeudi 24 septembre 2009.

Filed under: actualités, ailleurs, , , , , , , , , ,

Compte-rendu réunion Collectif Danse jeudi 24 septembre

culture


Comme nous en avions convenu le collectif/danse s’est réuni ce jeudi matin avec  Danse/perspective pour  organiser ensemble le futur Kafé-Croissant. Nous étions une quinzaine… (et une douzaine d’excusés).

En guise d’introduction


Kafé-Croissant
(tout le monde ne le sait peut-être pas est une manifestation de rentrée de la danse organisée depuis de nombreuses années pour présentation des programmes et projets qui concernent aussi bien les chorégraphes que les diffuseurs. Comment la danse circule dans notre région. Qui fait quoi et où ? Qui se produira dans la région, Quand et Où ?

Cette année donc Kafé-Croissant accueillera notre collectif nouvellement constitué. Dors et déjà (au cumul de nos réunions) on peut dire que la mobilisation des chorégraphes reste forte

et  que le mouvement amorcé au printemps dernier continue … Et se structure de mieux en mieux.

Collectif/danse reste ouvert à tous les acteurs de la danse  quelle que soit leur place dans le secteur.

Bien entendu c’est Danse /Perspective qui garde la maîtrise de la manifestation qui  simplement pourra prendre cette année une dimension nouvelle et  un peu démonstrative de notre force en voie de constitution.

Un signe très très encourageant de cette force nous a été donné par la première conférence régionale du spectacle vivant !  Vous vous rappelez que nous sommes intervenus en juin dernier à notre comité régional du spectacle vivant et que le DRAC nous a reçu… Affirmant que la future Conférence Bas Normande  prendrait en compte nos problèmes prioritairement ?

Eh bien, le Drac de Rhône Alpes, monsieur  Alain Lombard a dans son discours introductif de la Conférence Région Rhône-Alpes  dit ceci qu’il tient semble-t-il pour prioritaire : « Rééquilibrage disciplinaire (fragilité de la danse et des musiques actuelles sur certains territoires) »

Vous avez bien lu : Rééquilibrage ! On ne dit pas autre chose même si on dit beaucoup d’autres choses !

La conférence régionale ? Parlons-en.

Petit rappel : Nous revendiquions des états généraux de la danse. C’est donc avec une certaine « réserve » que nous percevons la future conférence comme l’outil susceptible de résoudre nos problèmes. Pourquoi ? Parce que d’abord nous voulons un traitement global des problèmes impliquant tous les acteurs …Ce que ne garantie en rien la Conférence.  Ensuite, trop de retard et de mauvais traitements exigent des dispositions d’exception à la mesure des problèmes posés. Or nous ne méconnaissons pas qu’ils sont nombreux et qu’ils concernent beaucoup d’artistes de tout horizon…Nous redoutons donc de voir « noyer le poisson » …Enfin nul n’ignore que entre L’État et les Régions une redistribution des cartes est en cours et que les dites conférences ne soient que le champ clos d’une bataille politique et financière sur la répartition des charges, des compétences et  du coût incontournable du développement culturel.  Bref  « échaudé » par les entretiens de Valois dont il n’est rien sorti…Nous voudrions autre chose que des causeries de salon.

Qu’est-ce que nous voulons ?

Le DRAC nous l’avez dit : faites des propositions. Avec Kafé-croissant nous avons convenu de travailler sur de courtes interventions de manière pragmatique. Reprenant la méthode de travail de Mai dernier.

Instruire le dossier de la diffusion par exemple, profiter de la présence des diffuseurs pour un vrai dialogue.

Nous aurons donc des « communications » brèves (entre 5 et 10 minutes) en nombre limité. Nous avons retenu des hypothèses et par exemple donner mandat à Sophie Quenon d’interpeller le conseil régional sur les « lieux-relais » ( ils se réclament en nombre de la danse ), que peut-on  concrètement en attendre. Autre question : les conventionnements de compagnie ? Quelle règle du jeu ? Quelles critères ?

Ainsi nous voudrions avancer par petites touches précises et circonstanciées. Sur des propositions émises par les uns ou les autres.

À quoi s’ajouteraient l’écoute de personnalités invitées… Soit venue d’une autre région, (Paca et Bretagne) soit  pouvant nous apporter un éclairage (Emmanuelle Dormoy, par exemple ).

Nous avons échanger sur une date et des lieux possibles sans être en mesure de trancher…Michèle Latini devrait pouvoir orchestrer et les interventions (a priori trop nombreuses ! mais c’est heureux ) et  date /lieu.

Par contre s’agissant du prochain Comité Régional du Spectacle Vivant qui doit se tenir  mercredi prochain à 10h au Conseil Régional, nous avons convenus de nous y rendre nombreux …Non pas pour squeezer les débats mais pour marquer au contraire notre vif intérêt à ce que le Comité Régional devienne un outil  de concertation et d’harmonisation effectif  du Spectacle Vivant.

Il paraît que cette harmonisation concertation est aussi un objectif des Conférences Régionales ! Le Synavi à dénombré moins d’une dizaine d’artistes créateurs ou représentants de collectif d’artistes présents à la Conférence Rhône-Alpes sur plus d’une centaine de participants ! Ce qui a fait dire à cette organisation que cette sous représentation avait du sens et en disait long sur les intentions du ministère.

Nous serons donc vigilants mercredi prochain au déroulé de la séance du Comité.

Pour conclure

Comme on sollicite des comptes-rendus brefs, j’y souscris, mais du coup il comprend de nombreuses (trop nombreuses omissions).  Je vous prie de m’en excuser.  Cependant dans l’état, il témoigne et c’est à tout le moins s’agissant de danseurs d’une volonté de mouvement ! Mouvement collectif  et -insistons – sont et restent du collectif ceux qui n’ont pas pu venir et aussi ceux qui croient ne pas y avoir leur place (ils se trompent).  Par conséquent la préparation de Kafé-Croisant c’est Michèle Latini qui l’assure et qui vous invite à lui faire toute suggestion que vous estimerez utile.  Ainsi ensemble nous ouvrirons la voie. Joyeusement.

JP Dupuy

Filed under: actualités, , , , , , , , , , , , , , ,

Quel Avenir pour Puzzle ?

ben_vautier_-_parole_erranti

Appel à débat : nous sommes tous concernés : publics, artistes et politiques

Quel Avenir pour Puzzle ?

Ouverture de saison surprise le Vendredi 2 Octobre à 17h30 !
Nous sommes tous concernés : publics, artistes, diffuseurs, responsables politiques : nous devons répondre au plus vite à la question quel avenir pour Puzzle ?
Dans l’immédiat, il paraît souhaitable qu’un dispositif transitoire permette d’assurer la saison à venir. Puzzle doit passer par le service des urgences.
Ensuite, mettre à profit la période transitoire pour discuter et avancer sur le fond le devenir de ce type de micro-structure culturelle.
Qu’est ce que veut dire lieu culturel de proximité ? Qu’est-ce que veut dire : indépendance ? Quelles garanties les micro-structures culturelles doivent-elles et peuvent-elles offrir à la collectivité qu’elles peuvent s’insérer dans une politique publique d’intérêt général ? Sur la base de quelle économie peuvent-elles fonctionner ? On ne doit pas s’y tromper toutes ces questions ne concernent pas que Puzzle mais l’ensemble des structures qui composent le paysage culturel caennais et régional.
Pour l’adada, c’est exclusivement sous cet angle que nous entendons traiter le problème ! C’est de l’avenir du secteur indépendant et alternatif dont il s’agit.
Nous observons que la ville de Caen avec son projet « Caen, Culture en Capitale » semble n’éluder en rien ce questionnement… Nous observons que la notion de lieu culturel de proximité, que l’économie solidaire, que de nouveau mode de gestion et concertation, que la mutualisation des moyens, que l’existence d’une adjointe à l’innovation culturelle à la ville de Caen, qu’un soucis d’innovation affirmée par le Conseil Régional, sont autant d’indicateur que les conditions sont remplies pour un débat fructueux !
Innover et inventer, voilà la meilleure des surprises !
Nous estimons que le soutien aux micros structures artistiques et la compréhension de leur rôle constituent une garantie de changement et d’innovation comme a pu récemment le souligner le maire de Caen. L’avenir des micro-structures n’est pas dans la singerie du modèle institutionnel !
Nous devons inventer nos propres formes d’existence avec des modes de fonctionnement et de gestion nouveaux… C’est pourquoi il n’y a pas de problème Puzzle… Il y a mise à l’épreuve de notre capacité collective à prendre nos responsabilité !
Prenons-les ! Soyons présents massivement le vendredi 2 octobre à 17h30 à l’Espace Puzzle rue de Bretagne à Caen !

Cet appel concerne tous les acteurs culturels de Basse-Normandie… Car c’est aussi la question fondamentale de la richesse créatrice de tout le territoire et de sa lisibilité. Quel que soit le lieu où les artistes résident et travaillent en Basse-Normandie, ils doivent pouvoir montrer leur travail à Caen et par ce moyen se voir ménagé une ouverture au national et à l’international. Cette volonté affichée par le projet culturel de la ville de Caen ne saurait trouver sa réponse d’un une seule structure… C’est un tissu, un réseau de micro structures qu’il faut mettre en musique avec une tête de pont gérée collectivement à travers un lieu ressource emblématique : Centre Régional des Arts Vivants qu’il reste à inventer et que nous devrons inventer tôt ou tard. L’adada le dira et le répétera au comité régional du spectacle vivant qui se tiendra mercredi prochain au Conseil Régional Salle Tocqueville, à l’abbaye aux dames à 10h.

Pour une réelle diversité culturelle, pour la reconnaissance de lieux et pratiques culturelles alternatives, pour une réelle implication des citoyens, participez massivement au débat en cours, exigeons des dispositions concrètes, inventons la culture et la politique !

JP DUPUY

Illustration : Ben Vautier | Source

Filed under: actualités, , , , , , , , , , , , ,

Mobilisation en cours !

mobilisation2

Au total une quarantaine de camarades sont passés et ont participé à la rentrée SYNAVI/adada au Bazarnaom hier, y compris (trop rares) des copains de l’orne et de la manche. Si on ajoute les excuses d’une dizaine d’adadaïstes empêchés …On peut dire que la mobilisation en cours va bon train! (Ce -en dépit- de la présence en « guest star » du Directeur de la DRAC à la soirée inaugurale du CDN …qui sème -c’est le moins que l’on puisse dire- trouble et confusion sur l’indépendance réelle de l’institution et de son directeur. Passons.)

On peut dire que la réunion d’hier fut aussi riche que réjouissante. Nous en retiendrons trois directions de travail :

Axe 1.

Puzzle et les lieux fabriques. Résoudre le problème de Puzzle devient d’une extrême urgence. Savoir cette salle disponible et hors d’état de marche et pour notre secteur considéré comme INSUPPORTABLE. Nous allons donc interpeller tous les pouvoirs publics pour que – dés maintenant – la salle puisse accueillir des spectacles et le public. En même temps suivre le développement de lieux alternatifs sur toute l’agglomération et sur la région : Fabriques à Caen, lieu relais en Basse-Normandie. Le collectif danse a donné mandat à notre amie chorégraphe Sophie Quenon de s’inquiéter auprès de la Région de l’état avancé des travaux sur ce point et quelques autres). Dans cet axe de travail, il y a le débat sur les propositions de « Caen, la Culture en Capitale » et son articulation sur les ambitions et objectifs du Conseil Régional.

Axe 2.

Interpeller les politiques et notamment les formations politiques sur la Culture et ce, dans la perspective des élections régionales dont nous serons parties prenantes ! D’abord on discute et soupèse quelques bilans… Ensuite, on veut des propositions claires et précises de CHANGEMENT ! Nous sommes porteurs de solutions et d’une dynamique… Où les partis politiques acceptent dialogue et concertation avec nous (avec du concret !) ou nous interpellerons directement l’opinion publique ! Donc, dès maintenant, l’Adada souhaite rencontrer les forces politiques (des rencontres avec le PS et avec les verts sont dors et déjà prévues). Nous souhaiterions, au moment opportun, provoquer un grand débat public sur la culture avec toutes les composantes politiques !

Axe 3

L’emploi. Intermittence. RSA. La crise frappe tout le monde mais d’abord les plus fragiles. Les intermittents sont en première loge pour se faire « délogés » c’est à dire pour perdre les maigres compensations à la précarité de l’emploi que sont les annexes 8 et 10. (Le medef recommence à s’agiter dans ce mauvais sens ! Manque de bol pour lui , nous sommes toujours sur le pont pour en découdre s’il le souhaite). Le RSA peut gravement consolider la précarité des intermittents et les enfermer dans une impasse. Le gel ou la réduction des fonds publics d’État du budget culture et le démantèlement des services de l’Etat… C’est au bout du compte les salariés les plus précarisés qui en font les frais… Intérimaires du privé et intermittents pour le secteur culture. Nous appelons tous les intermittents à s’associer aux luttes des chômeurs via Agir contre le Chômage ou toutes autres organisations politiques ou syndicales qui « agissent ».

Voici donc grosso modo, la feuille de route argumenté et motivé par l’assemblée d’hier soir ! Nous ferons au mieux pour la traduire dans les faits ! Ceci n’est pas un résumé exhaustif des propos tenus.

Propos accompagnés du rappel de rendez-vous en cours :

ce Vendredi 19h solo de JC Herveet du cirque Paradi sous chapiteau, sur l’ancien site du tri Postal (entre quai de juillet et gare) suivi à 20h30 d’un débat animé par JL Charlot sur la culture de proximité en présence de Samia Chehab adjointe « verte » de la ville de Caen à l’innovation culturelle …

Dans le même temps 19h /22h et plus…. présentation de saison du studio 50 (lieu culturel de proximité) Awama (JM Mallet) 52 rue Eugène Boudin à Caen


Prochains rendez-vous

Mardi 29 septembre réunion Synavi (ouverte à tous et à ceux qui n’ont pas pu venir ce Vendredi) aux Ateliers intermédiaires (rue Dumont d’Urville sur le port)

Mercredi 30 septembre Réunion du Comité Régional du Spectacle Vivant à la Région. (Conseil Régional, Abbaye aux Dames, salle Tocqueville )

Lundi 5 octobre ouverture de la nouvelle école « arts et Média » …Sera-t-elle inaugurée ? Le Ministre viendra-t-il ? Si oui tous les artistes de toutes disciplines de Basse Normandie seraient les bien venus pour un accueil aussi festif que bordélique de Monsieur le Ministre… Un petit carnaval serait envisageable pour faire connaître notre désapprobation de la politique actuellement suivie par le pouvoir.

Mercredi 7 Octobre réunion avec AC (Agir contre le Chômage) pour organisation marche pour l’emploi.

Passé la mi-octobre se prépare avec Danse Perspective et le Collectif Danse de Basse Normandie un Kafé-croissant sur la Danse… Lieu indéterminé mais volonté déterminée de donner à la danse enfin toute sa place en Basse Normandie !

Les rendez-vous qu’hélas nous ne pouvons annoncer !

La Conférence Régionale du Spectacle Vivant des Affaires Culturelles !

Initialement prévu en septembre… la première s’est tenu en Rhône Alpes en l’absence du Ministre et du Préfet de Région … C’est dire que la dite conférence semble avoir du plomb dans l’aille quant à sa véritable opportunité…

Les États généraux de la danse ! réclamé à grands cris par les acteurs danse unanimes… Et soit disant à l’ordre du jour des Conférences Régionales ! Bref c’est ce qui s’appelle se moquer du monde… Ici monde de la danse !

Une Loi cadre pour la culture au parlement… Pas de déplacement à Paris pour soutenir les députés de l’opposition Philippe Duron et Laurence Dumont pour un débat quelconque sur le développement culturel… Côté Culture et parlement l’encéphalogramme est plat !

Enfin vous ne verrez pas dans l’immédiat le grand débat public qu’avec acharnement réclame Synavi et Adada sur la Culture en basse Normandie ! Sur l’opportunité de la réalisation d’un grand Centre D’art Contemporain… Il devrait coûter 26 millions d’Euro ! À ce niveau de dépenses on trouve superfétatoire un grand débat public avec les citoyens et tous les artistes intéressés… Un grand débat suppose un courage politique certain… Le courage dont on dut faire preuve les pionniers de l’exception culturelle française, homme politiques venus de tout bord !

conclure

Ce compte-rendu est soumis à la vigilance des 40 participants de la réunion de rentrée. ll peut donc provoquer (tant mieux !) des correctifs et mise au point que nous serons heureux de transmettre aux deux cents récipiendaires du présent document.

Pour l’adada

JP Dupuy

Illustration : Photographie de Werner Branz | Source

Filed under: actualités, , , , , , , , , , , ,

Vu dans la presse : Ouest France Un « Guggenheim » normand à Colombelles

SMN

Le projet du Pôle régional d’art contemporain sur l’ancien site métallurgique reste sur ses rails. Un délégué a été nommé pour l’activer. Un concours d’architectes devrait être lancé au printemps 2010.

Un délégué
Hervé Legros a une double formation d’historien d’art et de juriste. Il a été, pendant dix ans, directeur du Fonds régional d’art contemporain d’Aquitaine, avant de s’orienter vers une carrière de « programmiste » d’équipements culturels, qu’il a menée en Belgique, Suisse et Autriche. Missionné par la Région, il a en charge de peaufiner le projet, qui devra conserver mémoire du passé ouvrier du site métallurgique.

L’enveloppe

Décidé en 2004, le projet a été inscrit en 2007 dans le contrat de plan Etat-Région, avec une réserve de 27,1 millions d’euros. On arrive à mi-parcours de la validité de l’engagement. D’où la nécessité de relancer la procédure, confirmée par la nomination d’un délégué.

Les études

On n’est toutefois pas resté les bras croisés depuis 2007. Alain Vandervalière, ancien directeur adjoint du cabinet de Catherine Tasca, quand elle était ministre de la Culture, a été chargé par Alain Tourret de donner un premier contenu au projet. Le vice-président du conseil régional a fait expertiser les bâtiments visés, ainsi que l’ensemble du site. Les conclusions sont positives pour une réhabilitation des lieux et des accès sans difficultés.

Les orientations

Le pôle réunira le Fonds régional d’art contemporain, installé rue Vaubenard à Caen et le Centre régional d’art contemporain, qui se trouve à l’intérieur du théâtre d’Hérouville. Tous deux sont à l’étroit. Y seront accueillis des artistes en résidence. La hauteur de plafond des halles et la présence d’un transbordeur permettent d’envisager des oeuvres monumentales. On s’oriente vers une dominante « architecture et urbanisme », à l’exemple du centre d’architecture de Bordeaux, Arc en Rêve. Pour ce qui du réfrigérant, son aménagement reste encore à l’état de souhait. Le projet, enfin, prévoit un lieu pour l’Université populaire de Michel Onfray.

Les étapes

Le terrain appartient à Normandie Aménagement. Il devrait être cédé pour un euro symbolique à la Région. Un pré programme sera présenté en janvier prochain à un comité de pilotage. Au printemps, devrait être lancé un concours international d’architecture… Dans le meilleur des cas, on ne peut espérer une réalisation avant 2014. « Ça serait bien si ça pouvait coïncider avec les Jeux équestres mondiaux », qu’accueillera cet été-là la Basse-Normandie.

Ambition

L’exemple de la réussite du musée Guggenheim de Bilbao, ville sidérurgique sinistrée, attise l’enthousiasme d’Alain Tourret, qui avait porté le projet avec Dominique Parthenay, alors directeur régional des affaires culturelles. « Nous serons les premiers en art contemporain de tout le littoral de la Manche et une référence européenne avec la nouvelle École supérieure des arts et médias. L’entreprise de l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine, à l’abbaye d’Ardenne arrive à son terme. Il aura pris vingt ans. C’est le deuxième très grand projet de la Région qui est engagé. »

Xavier ALEXANDRE.
Ouest-France – Source
Illustration : Source wikipedia

Filed under: actualités, presse, , , , , , , , , , , , ,

Du pain sur la planche et les pieds dans le plat ! Création du Collectif Danse de Basse-Normandie

gravity

La réunion de rentrée de ce qui ressemble vaguement à une coordination Danse s’est tenu à L’Espace Danse à Caen.
Deux heures de débats passionnant et passionnés en présence d’une vingtaine d’acteurs de la Danse.

Sur le plan de l’organisation, trois propositions ont été discutées.
1. Les participants se définissent comme un Collectif Danse ayant pour territoire la Basse-Normandie
2. Mandat accordé à l’Adada d’assurer coordination et arbitrage.
3. S’inscrire dans la démarche K-Fé Croissant initiée par Michèle Latini pour poursuivre les débats.

Prochaine réunion : Jeudi  24 septembre 2009 de 9h30 à 11h30  à L’espace Danse (14 bis rue Richard Lenoir à Caen).

Petit rappel des objectifs de K-Fé Croissant : Suivre le travail des chorégraphes, des danseurs, la circulation des œuvres, leur inscription sur le territoire (bas-normand ou autres), les formations…

Caen, culture en Capitale

Quelle place pour la danse à Caen ?
Avec le document « Caen, culture en Capitale » un débat s’ouvre sur les conditions de la Danse à Caen et en Basse-Normandie. Comment favoriser le développement de la danse et créer une synergie qui fasse de cette discipline un des moteurs de la politique culturelle de la cité. Le constat d’une situation à la fois riche, (en potentiel ; nombreux acteurs de talent, forte offre) et désastreuse (dans le concret des conditions de travail : lieux, sous-financement, mauvaise évaluation, absence de concertation, etc.) a été fait, un diagnostic  sérieux dressé  (confer intervention des acteurs Danse au Comité Régional du Spectacle Vivant en juin dernier à l’hôtel de ville de Caen). Ce qui est désormais à l’ordre du jour ce sont les remèdes. Quelle politique peut-on et doit-on mettre en œuvre ? Par conséquent nous devons nous emparer du projet municipal « Caen, Culture en Capitale » et  conforter, affiner  nos propositions, voire en dégager de nouvelles… Une grande manifestation collective avec l’ensemble des forces vives qui s’intéressent à la danse doit être pensée.

Il devient impératif que les forces vives du secteur se coordonnent et se structurent  pour rendre le dialogue possible avec les pouvoirs publiques. Que chacun s’organise et soutienne d’abord le point de vue singulier qui peut être le sien : c’est indispensable car le projet artistique reste et restera un projet singulier et intime. Que ce projet soit aussi un objet d’échange et d’insertion dans la société c’est passer de l’artistique au culturel (action culturelle) et c’est à ce niveau que le Collectif  devient l’outil de concertation incontournable.

Nous devons donc impérativement nous structurer sinon les politiques n’auront pour interlocuteurs fiables  que les seuls institutionnels. Nous devons inscrire notre précieuse indépendance dans la perspective de politiques culturelles publiques concertées.

DRAC / État / Conseil Régional. Comité Régional du Spectacle Vivant/ ODIA : où en sommes-nous ?

Un premier bilan de l’action Danse en Danger doit être fait. Selon nous notre cause aura progressé sur deux fronts. Le premier : plus personne ne fait ou ne peut faire l’impasse sur la danse et ses difficultés à Caen et en Basse-Normandie.

C’est ainsi que la future Conférence Régionale  des Arts Vivants initiée par la DRAC mettra la Danse à son ordre du jour. [1]

Deuxièmement : Les pouvoirs publics se sont tous engagé, d’une manière ou d’une autre,  à améliorer les conditions matérielles d’existence de la danse. Il reste à vérifier la mesure et la portée  réelles des efforts consentis. La DRAC a affirmé avoir renforcé le CCN et déploré que Conseil Régional et Ville de Caen ne l’aient pas suivi ! mais ces dernières entités affirment de leur côté, faire ou avoir fait le même effort en direction d’autres acteurs du secteur.

Façon de dire que le quasi-monopole  de l’état en matière d’expertise sur les orientations de la politique culturelle ne sont plus la règle. Tant mieux !

Il est désormais bien clair que c’est la voie de la concertation qui devient la voie royale pour l’élaboration de la politique culturelle ! Fin d’un certain paternalisme… Et d’une certaine condescendance des services de l’État. Concédera-t-on jusqu’à enfin, prendre en considération avec respect et intérêt, les microstructures et  les acteurs non institutionnels ?  C’est à nous de nous organiser pour rendre cela possible !

Comité Régional du Spectacle Vivant ?

Le prochain Comité Régional du spectacle Vivant (30 septembre au Conseil Régional) doit traiter des contrats d’objectifs et des conventionnements.

Nous devons discuter et  arrêter le plus souvent possible des positions communes.

Par  exemple nous estimons que désigner les bénéficiaires de convention et de contrat ( de subventions en général) n’est pas de notre ressort et de notre responsabilité MAIS que discuter les critères d’attribution relève au contraire de notre participation. Clarté et justice des règles du jeu ; transparence des procédures ; professionnalisme de l’évaluation… tout cela peut-être et doit de notre ressort.

C’est pourquoi notre participation au Comité Régional du Spectacle Vivant ne doit pas être épisodique et conjoncturelle[2], mais reconnue comme indispensable. C’est pourquoi le Comité doit être ouvert et réellement représentatif pour devenir un outil réel de concertation.
Par exemple : le comité régional n’a pas été saisi, c’est-à-dire consulté, sur  la question des lieux relais  que le Conseil Régional  entend promouvoir dans le paysage culturel.

Pas plus saisi d’une quelconque concertation sur les « conventionnements » et contrats d’objectifs…Pourtant, en principe, tous les acteurs concernés sont a priori impliqués dans le Comité Régional du Spectacle Vivant ! Autrement dit, dans l’état actuel des choses, sur des dossiers aussi importants que ceux que nous venons d’évoquer  il n’y a AUCUNE CONCERTATION EFFECTIVE… le  Comité Régional du Spectacle Vivant est le dernier salon où l’on cause ! Comme disaient nos grand-mères : « cause toujours, tu m’intéresses ! »

L’Odia et la Diffusion

Idem concernant l’ODIA dont le rôle et les fonctions apparaissent de plus en plus comme mal définis. Mandaté initialement pour soutenir la diffusion ( donc l’organisme était très lié aux structures de diffusion), l’ODIA intervient de plus en plus directement sur le droit et la capacité de création artistique et devient très arbitrairement un comité d’experts non identifiés  aux évaluations ravageuses.

Le Collectif  Danse souhaite donc que  les attributions des uns et des autres soient clairement identifiées… Pour que lui-même soit en mesure de remplir son rôle.

Exemple : le Collectif estime qu’il existe un grave et difficile problème de la diffusion Danse. Problème à la fois national et  de niveau régional. Comment élargir  les espaces de diffusion, mieux structurer les échanges, élargir et conforter les réseaux.. Où danse-t-on et dans quelles conditions ?

De plus en plus les « créateurs »  voient leur droit à créer assujetti  à  leur capacité de diffusion… Alors même qu’ils n’ont aucune prise sur une politique de diffusion à laquelle ils ne sont pas associés.

Ainsi par le biais de la diffusion  pèse de plus en plus, insidieusement, un douteux critère de rentabilité sur l’offre de création : nous devons dénoncer cette dérive et réfléchir ensemble  au parade à apporter  à cet état de fait.

Le Collectif Danse souhaite   traiter le problème : avec qui peut-il le faire ?

Conclusion

Place au pragmatisme ! Que ce soit le DRAC (entretien de juillet dernier) que ce soit la ville de Caen… Tout le monde sollicite de notre part des PROPOSITIONS CONCRÈTES. Nous n’en sommes pas avares. Cela fait maintenant plus de quatre ans (via le Synavi)  qu’État, Région, Villes sont confrontés à des propositions concrètes ! Excepté l’État, (pour cause de RGPP) Région et Villes (Caen notamment)  ont pu nous entendre. Par conséquent, il nous appartient de continuer. PROPOSONS !

Il reste que la force de nos propositions c’est aussi et surtout notre capacité à  toucher et mobiliser l’opinion publique. Aucune chance d’être  entendu sans impliquer nos concitoyens : qu’on se le dise !

Pour le Collectif Danse.  JP Dupuy (président adada)  20 septembre 2009

Rappel

Lundi 21 septembre à 17h30 au Théâtre d’Hérouville Saint-Clair, Calvados : Assemblée Générale de protestation contre la politique de l’État à l’appel des principaux syndicats : Synavi, Syndeac, Cgt Spectacle, etc.

Jeudi 24 septembre de 9h30 à 11h30 à l’Espace Danse au 14 bis, rue Richard Lenoir 14000 CAEN : Réunion Collectif Danse .

Jeudi 24 septembre à 18 h00 au  Bazarnaom au 65 rue des rosiers 140000 CAEN : Apéro /débat Synav et Adada.

——

1. En arrêtant cette position de principe, la DRAC refuse par ce moyen, la tenue d’États généraux de la Danse. Nous pensons quant à nous que c’est reculer pour mieux sauter… Et que le refus des États généraux correspond à une sous estimation de l’importance et de la gravité des problèmes posés.  C’est justement par l’effet d’une sous estimation constante et continue que la Danse en est arrivée à l’état de détresse où elle se tient. Un état qui ne concerne pas exclusivement les acteurs professionnels de la danse contemporaine… Mais bel et bien tous les acteurs ! Création/diffusion/formation… Rien ne va plus ! C’est aussi d’une méconnaissance de  l’ensemble du secteur d’activité et d’un traitement global  que nous souffrons  et c’est cela qui fonde notre revendication d’états généraux… On préfère le coup par coup ; c’est à dire du replâtrage plutôt qu’un authentique traitement d’ensemble des problèmes. La Conférence Régionale du Spectacle Vivant  risque, à l’instar des ex entretiens de Valois, de n’être que poudre aux yeux et de Perlimpinpin… Nous n’en sommes plus là !


2. Le Comité Régional par les voix de René Paréja (Syndeac) et Romuald Duval (Synavi) rendent compte du dernier comité en ces termes :

 » La réunion avait pour objectif de réfléchir aux contrats d’objectifs et de moyens. La présence en nombre d’acteurs de la danse a bousculé l’ordre du jour….Un débat s’est ouvert sur la situation particulière de la danse. Il a été rappelé que la danse était de manière historique sous financée et que notre région souffrait d’un déficit plus important que la moyenne nationale. Le débat sur la danse a mobilisé la quasi totalité de notre rencontre. Le constat sur les difficultés réelles de la danse est partagé par l’ensemble des représentants présents… »

Illustration : DR

Filed under: actualités, , , , , , , , , , , ,

Culture à vaut l’eau ! – Rassemblement le 21 septembre à 17h30 au théâtre d’Hérouville-Saint-Clair

lvdsm

Rassemblement lundi 21 septembre à 17h30 au théâtre d’Hérouville-Saint-Clair

L’adada, s’associant aux grandes organisations syndicales et culturelles appelle tous les artistes et tous les amateurs d’art et acteurs de la culture de quelque discipline que ce soit, à se rassembler au théâtre d’Hérouville-Saint-Clair, lundi prochain à 17h30.

En effet la situation et la gestion de la culture par l’État devient de plus en plus préoccupante !

La politique du gouvernement procède d’un flou qui n’a rien d’artistique ! À commencer par la récente mise en place du Conseil pour la Création Artistique, dernier gadget présidentiel qui nous dore la pilule avec des propositions bling bling !

Et pendant ce temps-là …À nouveau l’horizon de l’intermittence se couvre et la crise en cours sert de prétexte pour remettre en cause les annexes 8 et 10 ! Les intermittents sont les premiers à grossir les chiffres du chômage dans un processus accéléré vers le RSA (Revenu de Solidarité Active qui entérine et pérennise le statut de travailleur pauvre).

Les crédits affectés au budget de la culture stagnent ou baissent. En particulier la ligne 224 du budget de l’État (Transmission des savoirs et démocratisation de la culture) régresse notoirement au point d’hypothéquer toute dynamique de développement.

La Révision Générale des Politiques Publiques (RGPP) ne laisse pas d’inquiéter. Les collectivités locales et territoriales se demandent à quelle sauce, elles seront « mangées ». Les Conseils Régionaux pour des raisons électorales évidentes sont en première ligne, vis-à-vis du désengagement de l’état par rapport à la culture.

Voilà pour le flou ! Le flou du flou, c’est la prétention du Président de la République à nous payer de mots ! Avec de vagues promesses, il nous joue du pipeau et son Ministre de la culture, à la langue bien pendue n’est pas en reste, le Président prétend nous initier au jeu du bonneteau !

Nous sommes arrivés au temps de l’escamotage et des tours de passe-passe !

À se demander quel lapin notre cher Président peut sortir de son chapeau ? Au sommet de la société du spectacle il y a désormais toc et trompe l’œil permanent de la gouvernance culturelle.

Nous sommes à mille lieux de l’exception culturelle française. La culture devient un jeu d’ombres chinoises où il n’est plus question que de sauver les apparences et s’en tenir au vernis des choses.

Il y aurait de quoi rire si tant d’artistes et d’entreprises artistiques n’étaient mises à l’encan par cette politique qui va vaut l’eau !

Au moment où le capitalo-libéralisme fait la preuve la plus tangible de sa nocivité, le pouvoir en place n’a pas d’autre préoccupation que lui sauver la face !

Dans ce contexte, il ne faut pas s’étonner que la culture et la politique culturelle se réduisent à un ravalement de façade et que l’on tienne les artistes pour des bouffons.

Alors face à cette démission et incurie du pouvoir nous devons réagir !

L’intérêt profond de nos concitoyens exige que, tous ensemble, forces de progrès, artistiques, culturelles, syndicales et politiques nous organisions un front du refus et travaillons à un projet culturel ambitieux. Parier sur la culture, la défendre et la promouvoir, c’est parier sur l’homme et sa capacité à changer le monde. Il s’agit de rendre l’avenir possible !

C’est pourquoi nous serons massivement présents : publics, artistes, éducateurs, professionnels ou amateurs, simple citoyen, au théâtre d’Hérouville-Saint-Clair ce lundi 21 septembre à 17h30.

JP DUPUY

Filed under: actualités, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Urgent : Rendez-vous lundi 14 septembre 2009 à 17h30 hôtel de ville de Caen

mdc

Lundi 14 septembre 17h30 le conseil municipal de Caen délibère de la politique culturel de la ville pour les 5 ans à venir !

Nous devons y être présent en nombre pour montrer aux élus que nous sommes très intéressés par leur proposition et positionnement !

Rendez-vous lundi 17h30 hôtel de ville !
Ci-joint en guise d’avant goût le compte-rendu sommaire de la communication maire de Caen à l’hôtel de ville de ce jeudi midi.
Dans l’attente de vos réactions…
JP Dupuy

Filed under: actualités, documents, , , , , ,

L’imprévisible

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.

TWITTER

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.