ADADA

Association de Défense des Artistes et de Développement des Arts

Élection régionale mars 2010. Rencontre Adada / Yannick Soubien – liste écologique

L’entretien que nous a aimablement accordé Yannick Soubien, Vice-Président du Conseil Régional de Basse-Normandie en charge de la Formation Professionnelle, et responsable des Verts, va durer deux heures. Deux heures de dialogue intense et à bien des égards passionnant. L’adada devait préciser d’emblée que cette rencontre (première du genre en cette période préélectorale pour les régionales) anticipait un dialogue /concertation que nous souhaitions engager avec toutes les forces politiques. L’adada estime qu’il n’est pas possible de penser et élaborer une véritable politique culturelle sans le concours des artistes eux-mêmes. De cela Yannick Soubien conviendra comme le démontrera la suite de l’entretien. Sera évoqué de prime abord, le bilan culturel de la Région. Bilan que nous estimons très contrasté  sur le plan culturel. L’adada ne donne pas quitus de la politique d’abord initiée qui n’était qu’un copier/coller de la politique gouvernementale. Politique coûteuse essentiellement bénéfique aux institutions mais aveugle et injuste pour les micro-stuctures indépendantes. Il faudra attendre 2007 et les « voix publiques »  pour qu’enfin une politique orientée à gauche fixe de nouvelles perspectives. Malheureusement ce tournant tardif est arrivé – estimons-nous – bien trop tard, et ses effets sur le terrain peu perceptibles, pour ne pas dire : inopérants.Voilà pourquoi nous qualifions ce bilan de bilan « contrasté »… Concernant l’aspect formation professionnelle relevant plus directement de l’autorité de Yannick Soubien, celui-ci soulignera l’entrave permanente de la politique de l’Etat  et  le préjudice qui résulte de ce bras de fer pour un développement  décisif  de la formation.L’adada fait observer qu’effectivement la professionnalisation du secteur artistique n’aura pas beaucoup évolué en dépit  de la charte emploi/formation régionale dont on peut se réjouir. Nous considérons que l’Odia fut loin de remplir nos attentes et qu’un centre régional de ressources et de formation reste  toujours à l’ordre du jour.
Sollicité de s’expliquer sur les orientations de la future liste écologique engagée sur l’élection régionale, Yannick Soubien va mentionner ce qu’il estime déterminant à ses yeux : l’apport considérable des forces de la société civile impliquée dans le processus. Apport déterminant en effet pour l’élaboration et la mise au point de nouvelles orientations dans tous les secteurs. Une nouvelle vision de la société, une nouvelle logique de développement, une réelle participation des citoyens à leur devenir, une vraie prospective étroitement liée à la recherche…Autant d’éléments de discours relatifs à une prise de conscience de rôle dévolu au tout un chacun… Voilà, en dépassant quelque peu les logiques d’appareil, quelques-uns des fondamentaux de l’orientation globale de la future liste écologiste. Concernant le développement culturel, Yannick Soubien trouve nécessaire de dégager des hypothèses de travail  qui ne présument pas trop d’un paysage dont on ne sait comment il sera appeler à se configurer.  Il faut anticiper, dira-t-il, en sachant que les décisions d’aujourd’hui  vont constituer le monde de demain et en même temps, il faut coûte que coûte préserver à chaque instant (y compris dans le futur) la capacité d’intervention des concitoyens. Subtile dialectique sans laquelle la politique culturelle ne peut se réfléchir. S’engage alors entre Yannick  Soubien et la délégation un dialogue fructueux que l’on dira dégagée des contingences électorales (moments précieux, s’il en est) sur les fondements philosophiques de la culture et de ses rapports au politique. Yannick Soubien, en l’occurrence, en appelant à la singulière capacité d’invention des artistes. Il nous dira même clairement : « On ne saura pas faire seul ». Pour transformer le monde. Pour changer nos modes d’existence, en revoyant tout d’abord nos modes de pensée…Ce projet politique étant l’affaire de tous ; et c’est dans ce cadre-là, dans cette mobilisation-là, que la liste écologie entend œuvrer. Pour conclure : Yannick Soubien nous a accordé une écoute très attentive et respectueuse à laquelle nous n’avons pu qu’être très sensibles. Nous aurons pu ainsi, dans un climat cordial et détendu, partager un moment intense de réflexion  citoyenne, républicaine et démocratique.

Pour l’adada : Valérie Colette-Folliot et Jean-Pierre Dupuy, samedi 28 novembre 2009, Caen.

PS : Nous espérons n’avoir pas trop déformé les propos de Yannick Soubien, à qui ce compte-rendu sommaire sera communiqué, en même temps que lui est reconnu un droit de réponse ou de rectification bien légitime dont nous serons rapporteur si nécessaire le cas échéant.

Blog de Yannick Soubien

Blog des Verts de Basse Normandie

Publicités

Filed under: actualités, documents, , , , , , , , ,

Lettre à Monsieur Laurent Beauvais Président du Conseil Régional de Basse-Normandie

À Monsieur Laurent Beauvais Président du Conseil Régional de Basse-Normandie

Monsieur le  Président,

Vous le savez l’Adada  que j’ai l’honneur de présider regroupe des artistes de toutes disciplines,  et à ce titre nous avions pris le plus vif intérêt à la création des lieux relais.

Dès lors que le principe en fut adopté, nous avions cru pouvoir solliciter une concertation de tous les instants. Nous avions sollicité une rencontre avec Mr Tourret restée sans réponse.

Malheureusement, l’Adada, à l’instar des principales organisations syndicales, n’aura pas été associée à l’étude des dossiers ne serait-ce qu’à titre consultatif.

Ainsi, nous pensons que la région se prive délibérément  du point de vue  des artistes professionnels.

Demande  de concertation

Pourtant nous devrions n’avoir qu’à nous féliciter de  la multiplication de lieux relais puisque notamment la danse s’y trouve mise à l’honneur, mais dans quelle mesure ces nouveaux lieux répondent-ils à l’attente des professionnels du secteur ? De quelle problématique  sont-ils  dépositaires ? En quoi  permettent-ils une dynamisation des disciplines retenues ?

Certainement, et nous nous en réjouissons, aura-t-on pris la peine de consulter le CCN…mais en quoi cela peut-il exempter de consulter les autres acteurs du secteur ?  Et notamment le secteur des compagnies indépendantes ?

Vous pourriez objecter que le dit secteur ne s’est pas structuré pour  répondre aux impératifs d’une concertation ?

C’est précisément l’objet de l’Adada que de répondre à ce besoin. C’est pour mieux y répondre que nous avons sollicité fin octobre, du Conseil Régional, un subventionnement conséquent.

En effet nous devons nous donner une réelle capacité de travail qui puisse faire de nous des partenaires utiles à la bonne conduite d’une politique culturelle concertée.

Ainsi une majorité de compagnies de danse et  d’ « acteurs » de la danse se sont constitués en un collectif qui a mandaté (transitoirement) Adada  pour  interpeller les pouvoirs publics.

Que ce soit par le biais de syndicats représentatifs ou par le biais de l’Adada  comme  du collectif/danse l’effort de structuration est en cours.

L’Adada s’interroge sur  les missions de l’odia

Nous avions pu vous le dire de vive voix lors de l’entretien que vous aviez bien voulu nous accorder  en Mai dernier.  Les trois organisations présentes SYNAVI, SYNDEAC, ADADA avaient très vivement remis en cause l’ODIA comme n’étant pas représentative de notre secteur  et  ces mêmes organisations s’interrogeaient sur la validité des missions  (devenues auto-missions)  dont se targuait cet office.

Soit dit en passant l’ODIA continue d’ignorer l’important travail  de proposition des forces syndicales représentatives  et  prend  l’initiative  d’une journée d’information sur les modalités d’accès à la formation professionnelle le 14 décembre prochain  sans prendre acte de ce que sur ce terrain les syndicats d’employeurs collaborent avec la Région depuis bientôt 4 ans et  que la signature d’un plan ADEC régional est tout simplement imminente !

On peut donc s’interroger sur les moyens déployés par l’odia qui –à la fumée des cierges – s’inquiète enfin  de problèmes dont nous saisissons régulièrement  le Conseil Régional !

Hiatus ou dysfonctionnement, il devient urgent de procéder à une mise à plat  et de mettre un terme à  cette partie de cache-cache ou de poker-menteur.

Faut-il le souligner les syndicats comme l’adada n’ont à mettre dans la balance que leur bonne volonté  et l’extrême précarité des moyens dont ils disposent pour  se forger et partager un point de vue instruit sur les problèmes abordés.

Ceci, Monsieur le Président pour que vous perceviez mieux l’amertume et la colère qui peut parfois transparaître dans nos propos.

Le secteur indépendant des arts, vous le savez, est caractérisé dans tous les secteurs, par son émiettement et une forte densité de micro entreprises ; De ce fait, notre volonté de structuration emprunte des voies difficiles et pleines d’embûches et cette volonté n’aboutira pas sans une réelle compréhension des pouvoirs publics  et  du Conseil Régional plus particulièrement.

C’est pourquoi, Monsieur le Président,  les acteurs de la Danse organisés en collectif/danse  en appellent à votre bienveillance pour se voir reconnus la qualité d’interlocuteurs concernant toutes les questions de politique culturelle.

Nous ne sommes pas consommateurs de cette politique, nous voulons en être acteurs. Partager et construire avec vous dans le respect des rôles de chacun  une politique commune.

Demande du collectif/ danse vivement soutenue par l’adada

Ainsi, réuni ce vendredi  20 novembre 2009, le collectif danse m’a prié de solliciter de vous que soit organisé au plus vite une réunion de travail ayant pour objet les lieux relais. Le collectif, en effet, souhaite comprendre au mieux de quoi relève cette initiative pour pouvoir  en faire bon usage.

En somme, nous souhaitons que  les « premiers intéressés » , les danseurs, soient  réellement  consultés et informés. Nous souhaitons que l’organisation de cet échange,  en se montrant attentif à n’oublier personne, donne à la concertation tout son sens. Nous souhaitons que l’esprit dans lequel furent initiées les « voix publics », trouve sa traduction effective à travers  ce type de concertation.

Nous avions fait état, ainsi que les syndicats, d’une appréhension sur  une technocratisation, institutionnalisation, excessives  dont pourraient  procéder les lieux relais.  Nous réaffirmons  qu’à nos yeux les lieux relais doivent être avant tout générateurs d’emplois artistiques. Autrement dit  combien les emplois  « culturels » créés génèrent-ils d’emplois  « artistiques » effectifs ? Nous voudrions nous montrer attentifs à cet aspect des choses qui détermine notre soutien  à  cette opération.  D’autant que peintres, sculpteurs ou écrivains peuvent être concernés (voilà en quoi cette affaire tient à cœur à l’Adada !)  dont on sait qu’ils ne bénéficient pas, sauf exception, du statut de salariés. On voit donc bien combien les lieux relais peuvent être l’ heureux champ d’expérimentation de configurations nouvelles. De même, toutes les structures opérant sur la région ont impérativement besoin d’un accueil et d’une exposition dans la Capitale régionale. Comment s’assurer  d’un tel service et d’une telle possibilité sans penser spécifiquement à un lieu relais caennais dévolu à cet effet ?  Nous avons un devoir d’invention et de recherche constant eut égard  à un traitement dynamique des problèmes. En résumé, le collectif/danse  souhaiterait donc que vous provoquiez une réunion de concertation quant à la mise en place de lieux relais consacrés au développement  de la danse.

Pertinence du conventionnement sur la durée des compagnies du spectacle vivant

L’Adada a pu prendre connaissance des propositions de la Région sur  les conventions pluriannuelles qui devraient être proposées aux compagnies du spectacle vivant.

En ce qui concerne le conventionnement projeté, l’Adada ne peut avoir qu’un a priori favorable, puisque  c’est une donnée constante de notre organisation que de vouloir favoriser l’emploi  en le souhaitant le moins précaire possible. Incontestablement, sans réduire les conventions à ce seul aspect, elles favoriseraient  l’emploi durable et une politique de territoire plus suivie et plus responsable.

C’est un fait que, bon an mal an, la plupart des compagnies voit le renouvellement de leur demande de subventionnement reconduite sur plusieurs années…Sans que, jusqu’à présent, aie été tiré quelques enseignements sérieux de  cette situation.

C’est pourquoi le principe du conventionnement constitue un progrès, il  se reconnaît comme principe de réalité ! Pour ces mêmes raisons, le conventionnement (à l’instar de ce qui peut se passer dans d’autres Régions)  ne peut qu’être massif,  sans pour autant affecter les niveaux de dépenses déjà en œuvre sur  le secteur indépendant.

Le conventionnement ne fait –insistons- que rationaliser une réalité de terrain. Il procède d’un élémentaire bon sens et  c’est pourquoi il ne peut qu’être massif comme  un mode opératoire plus responsable sans être  exceptionnel.  Simplement, avec la durée, les opérateurs, compagnies d’un côté et  pouvoirs publics de l’autre, s’octroient  une capacité d’intervention plus conséquente. Gérer et anticiper l’avenir, sortir d’un « au jour le jour » opportuniste et  inconséquent, sont les vertus que peut apporter le conventionnement, à condition  d’en faire  une donnée de base  appliquée à une majorité des acteurs de terrain.

Le problème de la permanence

Ce que tout un chacun peut craindre d’un tel dispositif c’est ce qu’on appelle « la rente de situation ». Crainte d’autant plus justifiée qu’il n’existe aucun dispositif identifiant et  pérennisant le statut d’artiste à vie ! Ce dispositif n’existe pas, même au niveau national,  même i l’on sait qu’il est de mise qu’un artiste consacre sa vie  à son art !

Seuls nos amis scientifiques disposent avec le CNRS d’un outil  probant et efficace dont il faudrait trouver la déclinaison en matière artistique .  En effet, c’est en sa qualité de chercheur que l’artiste peut se renouveler et asseoir sa prétention à la permanence. Par conséquent l’appréhension de voir tout dispositif  s’inscrivant dans la durée, « détourné » de ses fins,  est une inquiétude légitime tant que  n’existera pas un Centre National de la Recherche Artistique  trouvant sa déclinaison à l’échelon régional. Il n’est d’art vivant, estimons-nous que contemporain, et si  le devoir d’invention et d’innovation nous requiert, il ne vous en est demandé pas moins. Nous voulons dire par là que   la création de nouvelles formes prend toute sa mesure dans les changements de nos modes d’existence  et c’est de ces changements là que vous même êtes politiquement redevable.

Recevez Monsieur le Président l’expression de nos sentiments dévoués et respectueux,

JP Dupuy

Pour  le collectif DANSE

Président d’Adada

Lire la lettre à Monsieur Laurent Beauvais au format pdf

Filed under: actualités, documents, , , , , , , , , , ,

L’imprévisible

TWITTER