ADADA

Association de Défense des Artistes et de Développement des Arts

Affaire Lehodey ::: RASSEMBLEMENT MERCREDI 9 MARS À PARTIR DE 15H30 AGENCE PÔLE EMPLOI DE CAEN CENTRE RUE FRED SCAMARONI

POLE EMPLOI : LA HONTE !
LA DIRECTION RÉGIONALE DE BASSE NORMANDIE DE PÔLE EMPLOI POURSUIT DEVANT LA JUSTICE UN INTERMITTENT DU SPECTACLE AU RSA ET VEUT LUI FAIRE PAYER 35000 EUROS SOIT 6 ANS DE RSA !

Pourtant le procureur n’a pas retenu la fraude ! Pourtant, les indemnités avaient été accordées à l’époque de 2001-2004 par l’Assedic. Pourtant cet intermittent qui, comme d’autres, intervenait entre autres, auprès d’enfants ou d’adultes handicapés, n’a fait qu’exercer son métier ! Mais aujourd’hui, pour obtenir le remboursement, Pôle Emploi nie sa qualité d’artiste et considère qu’un artiste exerçant dans une école ou dans un établissement pour handicapé devient de fait enseignant ou éducateur. Quel mépris pour ces professions là aussi!
Pôle Emploi déqualifie les travailleurs privés d’emploi pour les réduire à des salariés-marchandises dont seul l’emploi disponible détermine la qualification. Nier aux gens leur identité professionnelle, pour qu’ils acceptent n’importe quel emploi (contrats précaires de plus en plus courts, emplois aidés qui ne débouchent sur rien, RSA, salaires de misère et temps partiels, intérim…), voilà qui conduit à ne pas honorer les obligations d’indemnisation, et renforce la précarisation des chômeurs (…).
Les réglementations de l’assurance chômage sont mouvantes (révision permanente, à la baisse), les interprétations complexes. Pourtant Pôle Emploi rend les chômeurs responsables en prétendant que ce sont eux qui déclarent leur situation : nous savons que la jungle administrative de Pôle Emploi pousse les chômeurs à la faute, et particulièrement les intermittents du spectacle dont le statut est le plus complexe. Quand il faut faire baisser le chiffre du chômage les interprétations deviennent de plus en plus restrictives et excluantes : le nombre des radiations administratives explosent…

L’affaire Lehodey reflète les injustices faites aux chômeurs : Pôle Emploi veut un exemple et installer la peur de la machine à radier qu’est devenu Pôle Emploi. Cet acharnement dont est victime Christophe Lehodey1 est inacceptable ! Inacceptable au moment où, dans les négociations en cours, le MEDEF refuse toute amélioration de l’indemnisation et veut même réduire ses propres cotisations.
►Nous exigeons que Pôle Emploi renonce à faire exécuter le jugement qui condamne Christophe Lehodey parce que son affaire est devenue le symbole de la maltraitance faite aux chômeurs. La direction peut le faire !
►Nous exigeons une meilleure indemnisation du chômage, une lutte contre la précarisation des emplois, une sécurité sociale professionnelle : assez des dizaines de milliers de fin de droits !
►Nous exigeons que Pôle emploi soit un véritable service public aux chômeurs, qu’il les aide à faire valoir leur droits, accompagne vers un vrai emploi, reconnaisse qualifications et droit à la formation.
Venez en débattre, vous informer, ne laissons pas les mauvais coups se faire sans réagir ! Nous sommes tous concernés !

RASSEMBLEMENT MERCREDI 9 MARS À PARTIR DE 15H30
AGENCE PÔLE EMPLOI DE CAEN CENTRE RUE FRED SCAMARONI

Le comité de soutien à Christophe Lehodey
CPSCABN (Collectif Intermittent) / ADADA / Solidaires Précaires Chômeurs / SYNAVI / SYNDEAC /SUD CULTURE / AC ! 14 / Europe Ecologie Les Verts / Fédération pour une Alternative Sociale et Ecologique / Nouveau Parti Anticapitaliste…

——-
1 Ce ne sont pas 35 000 euros qui mettent en cause le budget de Pôle Emploi ; à comparer avec les 33 « traders » venant de Londres indemnisés 6.400 euros mensuels ! Ou les impayés patronaux !

 

Téléchargez l’appel au format pdf

Illustration : DR

Publicités

Filed under: actualités, , , , , , , , , , , , , , , , ,

AFFAIRE LEHODEY : PÔLE EMPLOI NOUS HARCELE – HARCELONS PÔLE EMPLOI !

AFFAIRE LEHODEY

PÔLE EMPLOI NOUS HARCÈLE

HARCELONS PÔLE EMPLOI !

À l’appel du comité de soutien à Christophe LEHODEY, plus de 80 personnes se sont rassemblées devant le siège départemental de Pôle Emploi qui y tenait réunion de son comité de liaison1. Elles ont symboliquement occupé les lieux une heure durant.

Ce comité du 24 février se situait quelques jours après que soit rendu le jugement contre Christophe LEHODEY, poursuivi par Pôle Emploi. Les organisations de chômeurs et syndicats du spectacle vivant, soutenus par l’ensemble des organisations de chômeurs et syndicats présents, ont demandé que Pôle Emploi abandonne toute poursuite à l’encontre de Christophe Lehodey et renonce à faire appliquer le jugement qui condamne cet artiste (au RSA) à plus de 35500 euros de remboursement et 1000 euros d’amende!

Il leur a été répondu qu’une décision de justice avait été prise et que Pôle Emploi voulait s’y tenir et l’appliquer.

Pôle Emploi a poussé l’indécence jusqu’à proposer des dispositions pour que le règlement de la somme réclamée soit fait « avec Humanité !!! ».

Pas un mot sur le fond du problème : la déqualification rétrospective des heures de travail ! Pas un mot sur les faiblesses de l’information des chômeurs sur leurs droits dans Pôle Emploi !

Pas un mot sur l’absence de contrôle de l’ASSEDIC à l’époque des faits !

Pôle Emploi refusait tout débat de fond arguant de ce que le comité de liaison n’avait pas vocation à examiner les cas particuliers !

La présence massive de chômeurs et d’intermittents sur les lieux témoignait du contraire.

Face à ce refus de discuter des problèmes de fonds posés par ce dossier sur les statuts et la définition des intermittents du spectacle, et par-delà, sur le mode de fonctionnement de Pôle Emploi, l’ensemble des organisations et manifestants présents faisaient le constat qu’une fois de plus les droits des chômeurs et l’attention portée à leurs problèmes étaient bafoués.

Pôle Emploi refuse le dialogue, nous ne demandons pas « l’Humanité », ni la charité, nous demandons la justice !

Le comité de soutien appelle à une assemblée générale dès lundi prochain (28 février) pour les suites à donner. Christophe Lehodey y sera invité et devrait nous honorer de sa présence. La pétition dépasse les 1500 signatures. Plus que jamais restons unis et mobilisés, rendez-vous…

LUNDI 28 FÉVRIER À 18 heures aux  ATELIERS INTERMÉDIAIRES  – 15 bis rue Dumont d’Urville 14000 CAEN

1- Rappelons ce qu’est ce « comité de liaison ».
A la suite des mouvements de chômeurs de l’hiver 1997, les gouvernement avait créé à l’ANPE des comités de liaison ouverts aux associations de chômeurs.
Après la fusion ASSEDIC-ANPE, des comités de liaison ont été mis en place à Pôle Emploi. Ces comités sont « une voix de représentation collective susceptibles de contribuer à l’amélioration du service offert aux personnes au chômage » .

Filed under: actualités, , , , , , , , , , , , , , , , ,

MOBILISATION GENERALE JEUDI 24 FEVRIER ! AFFAIRE LEHODEY HALTE A L’ACHARNEMENT SOCIAL DE PÔLE EMPLOI !

MOBILISATION GENERALE JEUDI 24 FEVRIER !
AFFAIRE LEHODEY HALTE A L’ACHARNEMENT SOCIAL DE PÔLE EMPLOI !

Une cinquantaine de personnes et des organisations syndicales, politiques, associatives et professionnelles se sont constituées en comité de soutien et de solidarité envers Christophe Lehodey, comédien condamné à verser à Pôle Emploi un indu d’allocations chômage de 35 447,58 euros avec intérêts, une amende de 1000 euros et les frais de justice avenants par jugement du Tribunal de Grande Instance de Caen en date du 24 janvier 2011.
A travers ce jugement le comité s’alarme sur les procédures qui conduisent une organisation paritaire à saisir la justice. C’est la suspicion généralisée vis à vis des chômeurs qui prévaut aujourd’hui à Pole Emploi, un chômeur est un fraudeur à priori.
Dans un contexte où les réglementations sont mouvantes (révision permanente des conditions d’assurances chômage) la porte est ouverte aux interprétations multiples. Pôle Emploi en jouant sur le sens des mots, en se basant sur des interprétations restrictives, requalifie des activités de pratique artistique en activités d’enseignement. Pôle Emploi révise constamment ses propres calculs et de constats d’erreurs passe à des accusations de fraude !
Ce sont toutes les pratiques artistiques qui sont désormais menacées ainsi que toutes perspectives de développement de l’éducation artistique, d’éducation populaire et de démocratisation effective de la culture ! Conduira-t-on ces actions culturelles indispensables et dûment inscrites dans les politiques en vigueur sans les artistes ?
Christophe Lehodey est harcelé depuis 5 ans et il est aujourd’hui condamné pour avoir exercé son métier ! Demain à qui le tour ? Nous sommes tous concernés ! Nous exigeons que Pôle emploi renonce à faire appliquer le jugement

Le comité appelle toutes et tous à le rejoindre et à participer aux actions en cours et à venir : Souscription ouverte pour Christophe Lehodey. Chèques à l’ordre de la CPSCA BN, et à retourner 49 rue Bicoquet 14 000 Caen.
Pétition à signer sur www.petitionpublique.fr/?pi=P2011N6687

Concert de soutien « Nous sommes tous des escrocs ! » en préparation.

RASSEMBLEMENT JEUDI 24 FÉVRIER A 17 H
AU SIÈGE DE PÔLE EMPLOI
10 RUE DE LA COTONNIÈRE À CAEN
(réunion du comité de liaison Pôle Emploi 14)

A l’appel de : / ADADA / Solidaires Précaires Chômeurs / SYNAVI / SYNDEAC / SUD CULTURE / CPSCABN (Collectif Intermittent) Avec le soutien de : AC ! 14 / Europe Ecologie Les Verts / Fédération pour une Alternative Sociale et Ecologique / Nouveau Parti Anticapitaliste / Revue Mouvement / Revue Cassandre / Aux Arts & L’Outil de l’actualité culturelle…

Se sont déclarées solidaires : Philippe Duron, Pascale Cauchy, Samia Chehab, Thierry Legouix…

Ils en parlent …

Cip-idf : www.cip-idf.org
Revue Mouvement : www.mouvement.net/critiques-a-la-revolution-qui-vient
NPA Calvados : npacalvados.wordpress.com
Arte Blog : blogs.arte.tv
LCI TF1 News : lci.tf1.fr
Le Caennais dechaine : lecaennaisdechaine.over-blog.com
ADADA : adada14.wordpress.com

Filed under: actualités

AFFAIRE LEHODEY HALTE A L’ACHARNEMENT SOCIAL / RASSEMBLEMENT JEUDI 24 FÉVRIER A 17 H AU SIÈGE DE PÔLE EMPLOI

Communiqué du comité de soutien à Christophe Lehodey, Caen le 15 février 2011

CAEN : AFFAIRE LEHODEY
HALTE A L’ACHARNEMENT SOCIAL
DE PÔLE EMPLOI !

Une cinquantaine de personnes et des organisations syndicales, politiques, associatives et professionnelles se sont constituées en comité de soutien et de solidarité envers Christophe Lehodey, comédien condamné à verser à Pôle Emploi un indu d’allocations chômage de 35 447,58 euros avec intérêts, une amende de 1000 euros et les frais de justice avenants par jugement du Tribunal de Grande Instance de Caen en date du 24 janvier 2011.

A travers ce jugement le comité s’alarme sur les procédures qui conduisent une organisation paritaire à saisir la justice.

Dans un contexte où les réglementations sont mouvantes (révision permanente des conditions d’assurances chômage) la porte est ouverte aux interprétations multiples.
Pôle Emploi en jouant sur le sens des mots, en se basant sur des interprétations restrictives, requalifie des activités de pratique artistique en activités d’enseignement. Pôle Emploi révise constamment ses propres calculs et de constats d’erreurs passe à des accusations de fraude !

Ce sont toutes les pratiques artistiques qui sont désormais menacées ainsi que toutes perspectives de développement de l’éducation artistique, d’éducation populaire et de démocratisation effective de la culture !

Christophe Lehodey est harcelé depuis 5 ans et il est aujourd’hui condamné pour avoir exercé son métier ! Demain à qui le tour ? Nous sommes tous concernés !

Le comité appelle toutes et tous à le rejoindre et à participer aux actions en cours et à venir :

− Souscription ouverte pour Christophe Lehodey.
Chèques à l’ordre de la CPSCA BN soutien
CL, et à retourner 49 rue Bicoquet 14 000 Caen.

− Pétition à signer sur http://www.petitionpublique.fr/?pi=P2011N6687

RASSEMBLEMENT JEUDI 24 FÉVRIER A 17 H AU SIÈGE DE PÔLE EMPLOI
10 RUE DE LA COTONNIÈRE À CAEN
(réunion des partenaires sociaux : « comité de liaison Pôle Emploi »)

A l’appel de :
CPSCABN (Collectif Intermittent) / ADADA /SYNAVI / SYNDEAC, etc.
Avec les soutiens de :
EUROPE ECOLOGIE / NPA / FASE / AC ! 14
Revues Mouvement / Cassandre / Aux Arts & L’Outil de l’actualité culturelle…
Se sont déclarés solidaires de la cause :
Pascale Cauchy, Samia Chehab, François Geindre…

Lire l’éditorial de Jean-Marc Adolphe au format pdf

En savoir plus sur toute l’affaire !

Filed under: actualités, documents

AFFAIRE LEHODEY HALTE A L’ACHARNEMENT SOCIAL / RASSEMBLEMENT JEUDI 24 FÉVRIER A 16 H AU SIÈGE DE PÔLE EMPLOI


Communiqué du comité de soutien à Christophe Lehodey, Caen le 15 février 2011

CAEN : AFFAIRE LEHODEY
HALTE A L’ACHARNEMENT SOCIAL
DE PÔLE EMPLOI !

Une cinquantaine de personnes et des organisations syndicales, politiques, associatives et professionnelles se sont constituées en comité de soutien et de solidarité envers Christophe Lehodey, comédien condamné à verser à Pôle Emploi un indu d’allocations chômage de 35 447,58 euros avec intérêts, une amende de 1000 euros et les frais de justice avenants par jugement du Tribunal de Grande Instance de Caen en date du 24 janvier 2011.

A travers ce jugement le comité s’alarme sur les procédures qui conduisent une organisation paritaire à saisir la justice.

Dans un contexte où les réglementations sont mouvantes (révision permanente des conditions d’assurances chômage) la porte est ouverte aux interprétations multiples.
Pôle Emploi en jouant sur le sens des mots, en se basant sur des interprétations restrictives, requalifie des activités de pratique artistique en activités d’enseignement.
Pôle Emploi révise constamment ses propres calculs et de constats d’erreurs passe à des accusations de fraude !

Ce sont toutes les pratiques artistiques qui sont désormais menacées ainsi que toutes perspectives de développement de l’éducation artistique, d’éducation populaire et de démocratisation effective de la culture !

Christophe Lehodey est harcelé depuis 5 ans et il est aujourd’hui condamné pour avoir exercé son métier ! Demain à qui le tour ? Nous sommes tous concernés !

Le comité appelle toutes et tous à le rejoindre et à participer aux actions en cours et à venir :

− Souscription ouverte pour Christophe Lehodey. Chèques à l’ordre de la CPSCA BN soutien CL, et à retourner
49 rue Bicoquet 14 000 Caen.

− Pétition à signer sur http://www.petitionpublique.fr/?pi=P2011N6687

RASSEMBLEMENT JEUDI 24 FÉVRIER A 16 H AU SIÈGE DE PÔLE EMPLOI – 10 RUE DE LA COTONNI ÈRE À CAEN
(réunion des partenaires sociaux : « comité de liaison Pôle Emploi »)

A l’appel de :
CPSCABN (Collectif I ntermittent) / ADADA /SYNAVI / SYNDEAC…

Avec les soutiens de :
EUROPE ECOLOGIE / NPA / FASE / AC ! 14
Revues Mouvement / Cassandre / Aux Arts & L’Outil de l’actualité culturelle…

Se sont déclarés solidaires de la cause :
Pascale Cauchy, Samia Chehab, François Geindre…

Lire l’éditorial de Jean Marc Adolphe de la Revue Mouvement
En savoir plus sur l’affaire

Filed under: actualités, documents, , , , , , , , , , , , ,

Affaire Lehodey, pour comprendre une page est dédiée aux événements…

Pour en savoir plus, cela se passe ici !
Pour signer la pétition, c’est ici !
Pour voir les signataires, c’est là !

Illustration : DR

Filed under: actualités, documents, , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Nous Irons jusq’au bout / Compte-rendu assemblée 11 février 2011 / Affaire Lehodey

Nous irons jusqu’au bout !

Oui ! l’affaire Lehodey est un scandale. Oui  il est inacceptable qu’un artiste qui ne dispose que du RSA pour vivre ( moins de 500E par mois) soit condamné à rembourser 35500 euros avec intérêts + amende de 1000 euros + les frais de justice !
Il s’agit purement et simplement d’un assassinat social !

Arrêtons le massacre !

C’est la première décision arrêtée par l’assemblée de ce vendredi 11 février qui s’est réunie au Bazarnaom. Elle a rassemblé une cinquantaine  de personnes et organisations. On trouvera la liste des organisations en fin de communiqué. Il faut ajouter aux présents, toutes les personnes et personnalités qui n’ont pu venir et nous ont assuré de leur soutien.  Les présents se sont donc unanimement déterminés :

Pour exiger – dans les plus bref délais –  que Pôle Emploi renonce à demander l’exécution de la condamnation ! Pôle Emploi peut le faire !
Trois camarades ( Françoise Grieu, Romuald Duval, Maria Seve) se sont proposés pour rédiger un communiqué.

Nous savons que notre camarade n’est pas en état de faire appel et qu’il n’envisage pas ce recours. Nous respectons sa décision MAIS l’affaire Lehodey nous concerne tous ! C’est une épée de Damoclés qui menace toutes les pratiques artistiques et  qui compromet gravement toutes perspectives de développement de l’éducation artistique, d’éducation populaire et de démocratisation effective de la culture !

Le constat est simple : conduira-t-on ces actions culturelles indispensables sans les artistes ? Christophe Lehodey est condamné pour avoir cru le contraire !

Demain à qui le tour ?

L’assemblée a décidé de modalités d’actions et  de s’organiser en conséquence.

1 La Coordination des intermittents de Basse Normandie (CPSCABN Arts vivant et Audiovisuel) est appelée à coordonner et  fédérer toutes les forces et  initiatives. Elle est présidée par Joel Adam : octavepoulet@9business.fr

 

2 Ouverture immédiate d’une souscription (400 euros recueillis) pour secours et couverture à Christophe Lehodey et financement de la riposte.

Emilie Corre pour la Coordination des intermittents (CPSCABN) est chargée de recueillir les fonds : emilorki@gmail.com

3 Lancement d’une pétition pour campagne opinion publique. Responsable José Escamez : cogrenadin@yahoo.fr

Elle peut se signer immédiatement à pétition en ligne: «L’artiste que veut se payer pôle emploi?»

http://www.petitionpublique.fr/?pi=P2011N6687

4. Préparation action 24 février prochain à l’occasion du Comité de liaison départemental Pôle emploi pour obtenir annulation des poursuites par pôle emploi. Actions coordonnées syndicats et organisations de chômeurs. Ref. Romuald Duval :  romualdduval@free.fr

3 Concert solidarité, sous le label « les intermittents ne sont pas des escrocs » ou « nous sommes tous des escrocs »devrait s’organiser un concert public de solidarité ref Arno Gilberton (CPSCABN) :  arnaud.gilberton@9business.fr

4 Campagne nationale saisir et sensibiliser médias et organisation nationales ref. JP Dupuy (Adada) jempy.dupuy@wanadoo.fr

Remarque

Ce dispositif n’est en aucun cas exhaustif, et ne rend pas compte de toutes les initiatives en cours, il est donc susceptible d’évoluer et de se renforcer.
Est constitué un Comité conseil informel de toutes personnes et organisations qui  se sont montrés sensibles à l’affaire Lehodey.
Le présent document ne rend pas compte des échanges riches, variés et souvent très instructifs qui ont nourri une réunion de presque trois heures !
Le malaise est profond. Les intermittents savent que les réformes dont on les accable depuis 2004 n’ont rien changé sur le fond ! liquidation en catimini de la moitié des effectifs !  Précarité accrue ! Déficit abyssale (pire qu’en 2003) !  Les mêmes dérives produisent les mêmes effets ! L’intermittence continue de compenser  le sous financement de la culture.

À bien des égards la politique culturelle de l’État est largement responsable d’une situation qui devient intenable de jour en jour !

Il n’y a pas de cas Lehodey : il y a un malheureux camarade qui sert honteusement de bouc émissaire à une mauvaise politique.

Il était donc très appréciable que de constater ce Vendredi la présence et le soutien de responsables politiques ! Il n’est pas indifférent que Pascale Cauchy vice présidente Culture (Europe-Écologie) du Conseil Régional soit venue saluer l’assemblée ainsi que Samia Chehab (Europe-Écologie) adjointe à l’innovation culturel de la ville de Caen.

Étaient également présents  pour la Fédération Alternative Sociale et Solidaire (FASE/ANPAG)  Etienne Adam, et  représentant le Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) François Vérité.

syndicats et organisations présentes : Syndeac (René Paréja qui va saisir ses instances nationales et l’intersyndicale régionale ) synavi, adada, AC et solidaires présents en force (nous ont fait bénéficier de leur précieuse et longue expérience) . Nous a assuré de son soutien Sud Culture.

Vous trouverez ci-joint l’intégral du  communiqué Europe –Écologie dont est parue une version très amputée dans le Ouest-France de samedi.

Adada pour sa part prépare une lettre ouverte au Drac qui mettra en évidence comment et pourquoi l’affaire Lehodey est révélatrice d’une politique de l’État défaillante en matière d’éducation artistique comme en matière d’Éducation Populaire. Comment et pourquoi la démocratisation culturelle dont le Ministre de la Culture se fait le chantre, est et restera un vœu pieu tant que la culture subira le mauvais traitement actuel.

Enfin, cela mérite d’être souligné de plus en plus de représentants du public participent à nos assemblées et agissent avec nous !  ils étaient bien présents vendredi !

Tel sera aussi le but du concert projeté : nous devons à chaque instant associer nos concitoyens à tous nos problèmes : ils sont parties prenantes. Ainsi, avec eux , nous nous inscrivons dans l’intérêt général, bien au-delà de nos intérêts catégoriels si légitimes soient-ils.

Pour l’adada, JP Dupuy 13 fev 2011
PS il va de soit que nous sommes preneur de toute contribution ou observation complémentaires émanant de participants à l’assemblée de ce vendredi 11 février 2011.

Filed under: actualités

Affaire Lehodey : Comment réagir et agir collectivement ? RENDEZ-VOUS AU BAZARNAOM

CE VENDREDI  11  FÉVRIER 2011 À 17 HEURES
Rendez-vous au Bazarnaom*

Affaire Lehodey  : Comment réagir et agir  collectivement ?
VENEZ NOMBREUX
NOUS SOMMES TOUS CONCERNÉS

Conférence de presse à 18 heures

Pour le Comité de soutien
JP Dupuy
*65 rue des rosiers à Caen

Filed under: actualités

Chômeurs, intermittents, précaires… Avertissements sans frais ! – APPEL À MOBILISATION

APPEL À MOBILISATION

Chômeurs, intermittents, précaires… Avertissements sans frais !

Le 25 janvier dernier, ADADA manifestait devant la préfecture avec les organisations de chômeurs pour alerter les pouvoirs publics – et donc le gouvernement – qu’il y avait urgence à négocier, qu’ils devaient entendre nos revendications quant à un traitement correct des chômeurs en général et des intermittents en particulier. Voici les observations qu’ADADA avait alors portées devant le secrétaire général de préfecture, via la délégation que ce dernier
avait reçue :

– Constat de l’échec de la réforme de l’intermittence de 2003. Les mêmes dérives produisent les mêmes effets. La réforme n’a produit qu’une plus grande précarité… Aucun problème n’a été résolu. Les intermittents font l’objet de tracasseries bureaucratiques constantes. Pôle Emploi ne respecte ni la loi, ni les conventions collectives !
– En l’occurrence, Pôle Emploi se permet de retenir des trop perçus sur les indemnités dues aux intermittents de manière totalement arbitraire et incontrôlée!
– Autre chose tout aussi inacceptable : Pôle Emploi décide de son propre chef, sans l’avis d’experts compétents, de ce qui est artistique et de ce qui ne l’est pas (affaire Lehodey).

Ces observations ont-elles été entendues ? À ce jour, nous attendons toujours une réaction du préfet… Malgré tout, ADADA pointe les nombreuses carences qui mettent les intermittents dans des situations invivables et les précarisent chaque jour un peu plus. À ce propos, il n’y a guère plus en pratique que quelques coordinations encore en activité (en Ile-de-France et en Basse-Normandie notamment). Pourtant, inévitablement, l’intermittence va à nouveau poser questions!
Ces jours-ci, c’est la Cour des comptes qui s’est manifestée avec un bilan tronqué du régime chômage des artistes et un appel à la répression de la fraude ! Dans ses calculs en effet, la Cour des comptes écarte du bilan les recettes constituées par les cotisations des permanents opérant dans le secteur artistique : ce qui augmente d’autant le déficit du régime!
De plus, bien qu’elle relève le phénomène de la « permittence » qui continue de sévir dans l’audiovisuel public, cette même instance appelle sans distinction à combattre fraude et abus!
Comme si cela concernait à la même échelle l’ensemble des intermittents ! Quoi qu’il en soit de ses subtilités pour le moins fondamentales, Le Monde se fait benoîtement l’écho de l’avis de la Cour :

Le régime d’assurance-chômage des artistes et des techniciens du spectacle est, une nouvelle fois, dans le collimateur de la Cour des comptes. La réforme de
2003 a beau avoir rendu plus restrictives les conditions d’accès aux annexes 8 (techniciens) et 10 (artistes) de l’Unedic, rien n’y fait, souligne la Cour : le nombre d’intermittents indemnisés au moins une fois dans l’année continue d’augmenter, et leur nombre est passé de 102 223 en 2007 à 106 619 en 2010. Le déficit, quant à lui, s’établit à 1,031 milliard d’euros en 2010, un niveau stable depuis 2007. La situation « n’est pas soutenable » vu l’état actuel des finances publiques, souligne la Cour, qui pointe « la persistance d’une dérive massive ».

Il n’est pas indifférent d’observer que c’est un socialiste qui dirige la Cour, laquelle jouit d’une autorité réelle et influence l’opinion publique. Le SYNAVI ne manquera certainement pas de réagir. De son côté, François Hollande a annoncé qu’une négociation serait inévitable.

Quant au Président de la République, on sait maintenant que c’est aux chômeurs en général qu’il souhaite s’en prendre ! Le chômeur « bouc émissaire » de la crise, voilà qui est proprement révoltant ! Dans une pareille conjoncture, les intermittents doivent se mobiliser au plus vite, avant qu’une fois de plus, les réformes et les décisions les concernant soient prises sans eux.

ADADA tiendra son assemblée générale le vendredi 30 mars. Nous voudrions mettre l’intermittence à son ordre du jour. Cela dit, nous souhaiterions que d’ici là, les intermittents s’organisent et s’expriment. Comment réformer l’intermittence ? Il faut proposer des solutions et y réfléchir dès maintenant. Soyons responsables et déterminés. Faîtes connaître vos avis, suggestions et propositions à ADADA ( adada.normandie@gmail.com ).

Pour l’ADADA
Jean-Pierre Dupuy
Julien Danlos
Le 14 février 2012

Filed under: actualités, documents

Intervention ADADA lors du rassemblement du 25 janvier 2012

Conjointement avec trois autres organisations (SYNAVI, Solidaires Précaires Chômeurs et AC !14-Caen), l’ADADA appelait à un rassemblement le mercredi 25 janvier 2012 devant la préfecture pour manifester son désaccord avec la politique suivie par Pôle Emploi. Les comédiens de l’Oreille arrachée et Yo du Milieu participaient également à l’animation de ce rassemblement.

Voilà le texte prononcé à cette occasion par le secrétaire général de l’ADADA :

L’ADADA et le SYNAVI se joignent aux organisations de chômeurs parce que les artistes, quelle que soit leur discipline, sont victimes de la même politique rétrograde et injuste.
Intermittents du spectacle et artistes en général sont les premiers à pâtir des politiques d’austérité ! Dès que la précarité et la misère s’aggravent, le chômage grandit dans leurs rangs. Alors, comme tous les chômeurs, ils ont affaire à Pôle Emploi, et comme tous les chômeurs, ils subissent les mauvais traitements que Pôle Emploi inflige !
Le pire, c’est cette ritournelle insidieuse selon laquelle les artistes seraient des privilégiés ! Comment cela « privilégiés » ? Avec une moyenne de salaires en dessous du SMIC ? C’est un fait : la plupart des artistes (peintres, comédiens, danseurs, musiciens et j’en passe) vivent en dessous du seuil de pauvreté… Bien sûr, il y a des stars ! Mais celles-ci sont les quelques arbres qui cachent la forêt d’une immense majorité qui n’a pas de moyens décents pour vivre et est souvent contrainte au chômage.
Pour les artistes comme pour tous les travailleurs, le chômage est une plaie. Certes, il est vrai que les artistes entretiennent un rapport singulier avec la question du chômage. C’est bien entendu pour cette raison qu’une partie d’entre eux disposent du régime de l’intermittence : un régime particulier cependant très loin de constituer un régime de faveur – l’emploi dans le secteur étant en effet, comme chacun peut l’imaginer, sujet à de nombreux aléas.
Les artistes sont donc des usagers très assidus de Pôle Emploi et demeurent de fait des victimes de la maltraitance ordinaire de cette institution. Cette maltraitance est le fruit de la politique que ses agents sont sommés d’appliquer. Pour assurer le plus mauvais traitement possible des dossiers et des hommes, Pôle Emploi tourne en permanence en sous-effectif. Le fric ou l’humain, il faut choisir et cela est tout à fait clair : la direction de Pôle Emploi n’a pas choisi l’humain. Le cas de notre camarade Lehodey illustre, hélas, cette triste orientation.
Christophe Lehodey était un intermittent du spectacle et, comme beaucoup d’entre eux, il exerçait son talent en de multiples occasions et dans des cadres variés. Pôle Emploi a pris ce mauvais prétexte pour lui refuser sa qualité d’artiste et le transformer en « enseignant »… De suite, notre camarade s’est vu rétrospectivement contesté ses indemnités au chômage sur – tenez-vous bien – une période de 4 ans ! En application de cette froide logique, Pôle Emploi l’a sommé de rembourser la modique somme de 35000 euros ! Le plus cruel étant sans doute que cet « indu » remonte désormais à une dizaine d’années – entre 2001 et 2004 pour être précis… Pôle Emploi a été jusqu’à porter l’affaire devant la justice… Espérant que Christophe Lehodey soit reconnu pénalement coupable ! Le procureur n’a pas suivi Pôle Emploi au pénal – c’est déjà ça – mais le Tribunal de Grande Instance de Caen a tout de même condamné Christophe Lehodey à rembourser les 35000 euros. Bien qu’il vive avec le RSA et ne soit aucunement en mesure de rembourser cette somme colossale, Pôle Emploi s’obstine à le tourmenter ! Quand nous demandons à discuter avec Pôle Emploi, nous nous heurtons à une fin de non recevoir ! Pire, Pôle Emploi nous envoie des sbires !
Nous ne pouvons que nous étonner de cet acharnement, mais il a sans doute un but : tout simplement celui de faire peser une menace permanente sur les artistes… Celui de faire culpabiliser les artistes en tant que chômeurs… comme si les artistes choisissaient délibérément de ne pas travailler ! Et c’est bien pour cette raison que nous nous déclarons solidaires avec tous les chômeurs, doublement et même triplement victimes d’une société mise en couple réglée par le fric et le fric et… toujours le fric ! Outre le fait de ne pouvoir gagner sa vie par soi-même, souvent vécu comme une humiliation, s’ajoute pour des millions
de chômeurs la stigmatisation et l’injustice, comme s’ils étaient les premiers responsables d’une organisation sociale qui les condamne à l’inactivité…

Alors, nous sommes là aujourd’hui pour dire fermement à Pôle Emploi : « Retirez votre plainte contre Christophe Lehodey ! Elle n’a pas de sens ! ».

Le fric ou l’humain, il faut choisir !

Filed under: actualités, contributions, documents,

L’imprévisible

TWITTER