ADADA

Association de Défense des Artistes et de Développement des Arts

AG ADADA le 24 octobre 2011 à 18 prochain au Bar le Régent

 

 

Vous trouverez tous les détails et l’ordre du jour au format pdf en cliquant sur ce lien.

 

Légende photo : «Nous ne partirons pas tant que les 1% plus riches possèderont 75% des richesses des Etats-Unis.»
copyright : ERIC THAYER/REUTERS

Publicités

Filed under: contributions, documents, presse

Pour une burqa tricolore, il risque un « outrage au drapeau »…

Un artiste Caennais a été entendu pour « outrage au drapeau » après avoir porté une burqa tricolore le 15 juin dernier.

Récit à lire sur Rue 89…


Capture d’écran de la vidéo disponible sur Rue 89

Filed under: actualités, documents, presse, , , ,

Manifestation du 19 Novembre, article de Ouest France

Cliquez sur l’image pour lire l’article en question !

Filed under: actualités, presse, , , , , , , , , , , ,

Vu dans la presse : Ouest France Un « Guggenheim » normand à Colombelles

SMN

Le projet du Pôle régional d’art contemporain sur l’ancien site métallurgique reste sur ses rails. Un délégué a été nommé pour l’activer. Un concours d’architectes devrait être lancé au printemps 2010.

Un délégué
Hervé Legros a une double formation d’historien d’art et de juriste. Il a été, pendant dix ans, directeur du Fonds régional d’art contemporain d’Aquitaine, avant de s’orienter vers une carrière de « programmiste » d’équipements culturels, qu’il a menée en Belgique, Suisse et Autriche. Missionné par la Région, il a en charge de peaufiner le projet, qui devra conserver mémoire du passé ouvrier du site métallurgique.

L’enveloppe

Décidé en 2004, le projet a été inscrit en 2007 dans le contrat de plan Etat-Région, avec une réserve de 27,1 millions d’euros. On arrive à mi-parcours de la validité de l’engagement. D’où la nécessité de relancer la procédure, confirmée par la nomination d’un délégué.

Les études

On n’est toutefois pas resté les bras croisés depuis 2007. Alain Vandervalière, ancien directeur adjoint du cabinet de Catherine Tasca, quand elle était ministre de la Culture, a été chargé par Alain Tourret de donner un premier contenu au projet. Le vice-président du conseil régional a fait expertiser les bâtiments visés, ainsi que l’ensemble du site. Les conclusions sont positives pour une réhabilitation des lieux et des accès sans difficultés.

Les orientations

Le pôle réunira le Fonds régional d’art contemporain, installé rue Vaubenard à Caen et le Centre régional d’art contemporain, qui se trouve à l’intérieur du théâtre d’Hérouville. Tous deux sont à l’étroit. Y seront accueillis des artistes en résidence. La hauteur de plafond des halles et la présence d’un transbordeur permettent d’envisager des oeuvres monumentales. On s’oriente vers une dominante « architecture et urbanisme », à l’exemple du centre d’architecture de Bordeaux, Arc en Rêve. Pour ce qui du réfrigérant, son aménagement reste encore à l’état de souhait. Le projet, enfin, prévoit un lieu pour l’Université populaire de Michel Onfray.

Les étapes

Le terrain appartient à Normandie Aménagement. Il devrait être cédé pour un euro symbolique à la Région. Un pré programme sera présenté en janvier prochain à un comité de pilotage. Au printemps, devrait être lancé un concours international d’architecture… Dans le meilleur des cas, on ne peut espérer une réalisation avant 2014. « Ça serait bien si ça pouvait coïncider avec les Jeux équestres mondiaux », qu’accueillera cet été-là la Basse-Normandie.

Ambition

L’exemple de la réussite du musée Guggenheim de Bilbao, ville sidérurgique sinistrée, attise l’enthousiasme d’Alain Tourret, qui avait porté le projet avec Dominique Parthenay, alors directeur régional des affaires culturelles. « Nous serons les premiers en art contemporain de tout le littoral de la Manche et une référence européenne avec la nouvelle École supérieure des arts et médias. L’entreprise de l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine, à l’abbaye d’Ardenne arrive à son terme. Il aura pris vingt ans. C’est le deuxième très grand projet de la Région qui est engagé. »

Xavier ALEXANDRE.
Ouest-France – Source
Illustration : Source wikipedia

Filed under: actualités, presse, , , , , , , , , , , , ,

Compte rendu du rassemblement « Danse en danger » du 20 mai 2009

ouestfrance20mai

Nous avons ce mercredi 20 Mai franchi un grand pas dans notre objectif de défense de la danse.
50 danseurs dit la presse, nous fûmes en réalité une centaine après que les étudiants art du spectacle (le Casq) nous aient rejoint.

Mobilisation donc effective pour un forum public qui dura presque trois heures !

Un grand merci à tous les intervenants, aux organisations et à tous ceux qui ont bien voulu se mobiliser.

Nous l’avions dit en phase préparatoire : l’acte politique le plus important était celui de la mobilisation ! Car cet acte montre une détermination de la part des danseurs qui peut donner à réfléchir à ceux qui nous gouvernent et qui peut les éclairer !

D’ailleurs (exception faîte de la DRAC qui cependant a téléphoné la veille pour nous proposer un rendez-vous !) tous les responsables politiques ou techniques nous ont honoré de leur visite : ainsi présence remarquée de la Région, de la ville de Caen, et du département.
On se doit de souligner la présence et remarquable intervention de Christine Bastin pour Chorégraphe Associés, donnant à notre manifestation une dimension nationale.

La plupart des interventions furent d’une grande richesse et fort instructives.

Au terme de ce beau rassemblement, Il fut convenu de continuer !

Continuer comment et sur quelles perspectives ?

D’abord ériger le mouvement et le rassemblement constitué dans sa pleine autonomie; garder cette richesse d’avoir vu tous les acteurs de la danse se réunir et pas seulement les professionnels comme l’a cru le journaliste qui s’esquiva au bout d’un quart d’heure !

C’est donc désormais le mouvement « danse en danger » qui peut être représentatif de notre mobilisation si vous le voulez bien. Mouvement marqué du sceau de la spontanéité… Né le lundi de pâques du 13 Avril 2009.

Le soutien des organisations est essentiel et précieux mais c’est par un mouvement spontané de ras-le-bol qu’est né le mouvement et il doit continuer dans cette dynamique !

50000 euros ! Voilà en 2008 ce que la DRAC a consacré au financement des compagnies indépendantes !

Le chiffre est tellement ridicule qu’on peut le retenir sans peine… 50000 euros pour 2 compagnies. Dans le même temps, la Région accordait trois fois plus pour une dizaine de structures. Certes tout le monde doit faire un effort … Le comparatif avec le théâtre le met en évidence cette nécessité ! C’est encore la DRAC, c’est à dire l’Etat, qui met le mieux en lumière un déséquilibre monstrueux car si avec ses 50000 euros, nous avons le plus petit apport possible apporté au secteur indépendant danse… La DRAC accorde dix fois plus au secteur indépendant théâtre qui dispose de 4.280.000 euros pour aider une douzaine de compagnies. Il va de soit que notre but n’est pas d’opposer une discipline à une autre mais de mettre en évidence des disparités que rien ne justifie… La preuve, on la retrouve en examinant le différentiel de traitement des institutions (CCN et CDN).
Pourquoi insister sur ces aspects présentement ?
Les organisations syndicales représentatives (SYNAVI, SYNDEAC, Chorégraphes Associés) se battent pour obtenir du gouvernement un plan de relance pour la culture !

Il est donc IMPERATIF que la danse saisisse cette occasion pour des réajustements et obtenir réparation d’année de mauvais traitement !

Ne pas oublier comme l’a rappelé Christine Bastin que la Danse est l’activité la plus populaire et la plus répandue sur le territoire… Et sans doute dans le monde !

Les perspectives

1. Rendez-vous avec le DRAC (délégation à composer sur la base des intervenants du 20 Mai en ajoutant un représentant du public).

2. Organiser collectivement nos revendications en approfondissant les « discours » et en collectant les contributions du 20 Mai « retravaillée ».
Que chacun pose sur le papier sa contribution et qu’ainsi on en discute ?
Et qu’ainsi nous nous « armions » pour les états généraux.

3. Se présenter en délégation le 5 juin prochain à l’Hôtel de Ville de Caen à 16h où se réunit le Comité Régional du Spectacle Vivant pour y être reçu et y réclamer des états généraux de la danse à organiser à la rentrée et la participation des salariés et de tous les acteurs du spectacle vivant au Comité Régional du Spectacle Vivant. Actuellement ce comité rassemble uniquement les pouvoirs publics et les syndicats d’employeurs.

4. Proposition d’une action de rue possible Flash Danse à mettre au point pour « saisir » l’opinion publique.
Flash Danse est une action danse ouverte à tout type de participant. Action spectaculaire conduite avec les gens.

JP Dupuy

PS : Le combat continue OUVERT à TOUS ! N’hésitez pas à manifester votre opinion.
Le bonheur ce 20 mai fut de voir les langues se délier et UNE PAROLE forte et collective se mettre en place.
Avec cette parole nous arriverons à modifier durablement les conditions d’exercice de la danse.

Nous ne demandons pas l’impossible !
Une situation décente nous suffira !

Filed under: actualités, documents, presse, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Quand la chambre du Commerce et de l’Industrie de Caen débarque sur la planète Arts

fairetapisserie

C’était le 5 février dernier, Ouest-France consacrait une presque pleine page aux résultats et objectifs de la Chambre du Commerce et de l’Industrie de Caen.

Parmi une foultitude d’informations des plus intéressantes, il en est une qui a retenu l’attention de beaucoup d’artistes travaillant sur Caen et son agglomération ; elle émanait de Monsieur Serge Foucher, Président de l’honorable institution. En substance, le Président de la CCI s’inquiétait pour la bonne santé du tourisme, de la sous exploitation de notre plus grand homme local, alias notre bien nommé Guillaume le Conquérant himself ! Et de renchérir qu’un film serait bien venu et que la CCI réfléchit « à une médiatisation du personnage. Par un film ou une série télé, à grand spectacle ». Le président fait état de ce que l’écriture d’un synopsis aurait été confiée à un cabinet spécialisé. De tout cela, nous aurions raison de nous réjouir, à un détail près…La transaction passe par un « cabinet spécialisé » ! Ainsi, nous sommes ravis d’apprendre qu’il existe désormais des cabinets spécialisés pour le bon office de nous raconter des histoires. Ainsi va le monde ! Le dit cabinet aura bien bousculé et perturbé le petit monde interlope des artistes locaux. À commencer par Jean-Pierre Dupuy président de l’Adada.a (association de développement des arts et de défense des artistes et artiste/techniciens), ce dernier ayant à plus d’un titre travaillé la question fort pertinente du rapport de l’Histoire à l’art et au tourisme ! On lui doit en effet la création d’un grand spectacle Danse-Théâtre au Festival de Bagnoles de l’Orne sur la vie de Guillaume le Conquérant, c’était il est vrai dans les années 80 ! Plus récemment à l’occasion du Congrès national des notaires à Caen, présentation aux congressistes d’un « Guillaume et Mathilde » dans le cadre de l’abbaye aux hommes. On peut tout à fait comprendre que ces manifestations aient pu échapper au Président Foucher. Pourtant, il nous semble que les visites théâtralisées de la ville de Caen…Vont allégrement vers leurs dix ans d’existence. On les doit à l’origine, à ce même JP Dupuy, bien connu des caennais. Fleuron du tourisme caennais…Les visites ont fait école, tant au Mémorial de Caen, que sur le Château, voire à Coutances …Avec le concours du Papillon Noir (Mémorial) et Actea Cie dans la cité (Caen/Coutances)…Quand on eut à fêter le 60e anniversaire du débarquement, on retrouva pour une fiction théâtrale et chantée racontant l’heureux et dramatique événement la Compagnie Jean-Pierre Dupuy travaillant sous la houlette de l’office de tourisme de Bayeux dirigé par D. Lorca. le même qui créa les visites de Caen à l’Office de Tourisme de la ville.

Encore récemment (Juillet 2006) la Ferme–Théâtre de Varembert fut le cadre d’une évocation dramatique et fort spectaculaire de la Révolution Française ! À la baguette un certain Valéry Dekowski.

Ceci pour dire que les forces vives existent dans notre région qui s’intéressent à l’histoire locale et les écrivains ne manquent pas : De Gilles Boulan (auteur des visites théâtralisées de Caen) à Nicolas Sorel, Julie Douard, Valéry Dekowski, Alice Barbier, Jean-Pierre Dupuy… J en passe et des meilleurs !

En réalité, une riche tradition dont a aussi bénéficiée Charlotte Corday existe et a été nourrie par les acteurs locaux, dont ne sont pas absents nos créateurs et réalisateurs cinéma/vidéo locaux. Nul n’est prophète en son pays ! interpellé au téléphone, Jean-Pierre Dupuy rappelait, non sans humour qu’il avait eu l’occasion de tourner avec José Dayan (dont on a pu voir récemment les « Rois Maudits » sur Antenne 2) mais ajoutait-il :
« la CCI nous ignore, et on ne doit s’en prendre qu’à nous-mêmes… voilà bien la preuve patente de notre inorganisation ! Chacun travaille dans son coin ! On se réclame sans cesse des politiques publiques… Et notre CCI ne trouve pas en nous des partenaires fiables et conséquents ! Tout le monde n’a pas l’appétit ou le talent de traiter un sujet historique…Mais l’aurions-nous que nous sommes si inorganisés, si peu attentifs à mettre en valeur nos talents que nous nous retrouvons à côté de la plaque. Encore une fois, il ne s’agit pas de mettre tous les artistes à la même enseigne…Mais il y a là un filon qui mérite d’être exploité… Et si Mr Fouchet fait appel à un « cabinet spécialisé », c’est que nous n’avons pas su lui montrer ni à lui ni à personne d’ailleurs que nous étions en capacité de répondre à sa demande ! Bonne leçon à retenir… Nous voulons créer une chambre des métiers pour structurer et configurer un peu mieux le secteur du spectacle vivant. Nous aurons justement, sans doute besoin d’un vrai dialogue avec des organismes comme le CCI ou autres, pour sortir d’un face à face trop exclusif avec les pouvoirs publics. Sans le remettre en cause, il est impératif que les artistes s’ouvrent sur le privé et prennent conscience qu’en dépit du discours anti ou non marchand, l’aspect commercial de nos activités doit être traité avec le professionnalisme requis ; Voilà ce que je retiens de cette affaire… Elle fait symptôme pour notre aveuglement. Et dans la période de crise qui s’annonce et qui n’épargnera personne, il urge d’être lucide et clairvoyant. Et ne rien négliger pour se serrer les coudes, la survie de beaucoup d’entre nous, en dépend ! »

J’ai le vague souvenir d’un film racontant l’épopée des normands en Sicile, un long métrage ! d’excellente facture signée Claudy Nogent-Pristitto jeune réalisatrice franco-italienne résident à Caen ! J’ai le souvenir tout aussi vif de la passion d’un certain André Guéret (ex-directeur de l’Accan !) pour Guillaume le Conquérant… Une réalisatrice professionnelle… Un producteur tout aussi professionnel… Décidément, sur le terrain, les « opérateurs » existent bel et bien, passionnés du sujet. Reste à accorder les violons pour que la capitale bas-normande fasse entendre sa musique.

Jean Mesnil ACJ
10 février 2009
http://www.cyber-journalistes.org/

Illustration : Tapisserie de Bayeux – DR

Filed under: actualités, archives, presse, , , , , , ,

L’Appel des cent et plus

A l’occasion des élections municipales, plus d’une centaine d’artistes travaillant sur Caen et son agglomération ont signé l’appel ci-joint, pour la mise en place d’une politique culturelle nouvelle. Appel lancé le 15 février dernier ! C’est donc, un mouvement d’opinion sans précédent, qui exprime des aspirations profondes auxquelles souscrivent nombre de nos concitoyens. Par-delà, l’aspect catégoriel de leurs revendications, les artistes travaillent à changer les couleurs de la vie !

Les artistes de Caen et son agglomération réclament une politique culturelle nouvelle en faveur de la création artistique et d’une politique favorisant l’élargissement des publics

A l’occasion des élections municipales, les artistes de Caen et des cités composant son agglomération, souhaitent que des dispositions nouvelles soient prises pour favoriser le travail des artistes de toutes les disciplines et favoriser l’accès du plus grand nombre aux pratiques artistiques. Pour cela :

– Priorité doit être accordée à la création sous toutes ses formes et en particulier dans les nouveaux territoires des arts .
– Priorité à la mise à disposition de lieux variés : studio de danse, ateliers, salle de répétitions…
– Créer et soutenir des lieux alternatifs originaux
– Créer et favoriser la diffusion des œuvres sur tout le territoire de l’agglomération
-Soutenir la multidisciplinarité et les regroupements d’artistes
– soutenir une culture de proximité qui rapproche les citoyens des œuvres.
– Favoriser les rencontres entre les artistes locaux et les artistes de réputation internationale par la création d’événements. Promouvoir la création locale et régionale.
– Inviter les institutions à s’ouvrir et accueillir les artistes opérant sur le territoire- Encourager de toutes les manières les pratiques amateurs et leur relation à la profession.
– Créer un comité municipal des arts et de la culture chargé du suivi de la politique culturelle. Comité indépendant, mixte et paritaire d’élus et artistes en capacité d’évaluer et de donner avis sur les initiatives et orientations suivies.

Caen, 15 février 2008

Signataires

Joël Adam (président du Bazarnaom) Fabrice Adde (comédien) Rime Al Baghi (comédienne/clown) Claude Alexis (comédienne) Isabelle Alfred (artiste dramatique) Henrye Aude (comédienne) Clémence Allard (stagiaire comédienne) nicolas Combrun (comédien) Alice Barbier (écrivain) Claude Beatrix (chorégraphe) Bertrand Benoit (artiste de cirque) Cécile Bernot (comédienne) Yvan Biard (artiste polymorphe) Stéphanie Brault (comédienne) Nadine Buri (chanteuse) Gaëlle Camus (comédienne/régisseuse) Fanny Catel-chanet (comédienne) claire Chautemps,(musicienne) Arnaud Chéron (comédien) Amélie Clément (comédienne) Manu Constant (musicien) Ghylaine Cosseron (chanteuse) Laurent Coulombier (régisseur) Claire Crozet (chargé de Production) Eliane Davy (comédienne) Melchior Delaunay (régisseur artiste) Mélina Delaville, Frédéric Délias (metteur en scène) Cendres Delors (comédienne) David Desramé (réalisateur) Valéry Dekowski (artiste metteur en scène) Simon Dronet (vidéaste) Anne Dussutour (comédienne) Manu Duvéré (vidéaste) Sandra Duvevne (vidéaste) Romuald Duval (comédie) Jean-Pierre Dupuy (comédien) Groupe Entorse (Danse) Jean-Baptiste Dupuy (peintre/plasticien) Julie Douard (auteur dramatique) José Escamez (comédien) Thomas Ferrand (metteur en scène, critique de théâtre) Eric Fouchet (comédien) Eric Fourez (artiste dramatique) Damiano Foa (chorégraphe) Nathalie Féron (auteur, plasticienne, directrice d’édition) Laurent Frattale (comédien) Anthony Gandais (réalisateur audiovisuel) Arnaud Gilberton (musicien) André Guéret (producteur cinéma) Françoise Grieu (assistante de Production) Justine Haelters (comédienne) Regine Hamelin ( artiste de cirque) Camille Hamel (comédienne) Jean Christophe Hervéet (directeurs artistiques cirque du Dr Paradi) Frédéric Hocké (plasticien) Emilie Horcholle (comédienne) David Jonquières (comédien) Transkaya Kira (comédienne) Alexéi Konovalov-Louval, (cinéaste) Frank Landerball ( artiste dramatique) Annie Langlois (musicienne) Michèle Latini (chorégraphe) Séverine Lebrun (musicienne) Sophie Lebrun (comédienne) Martin Legros (comédien) Christophe Lehodey (metteur en scène) Fabien Lemoigne (régisseur) Sabrina Lesert, Frédéric Leterrier (réalisateur) Yann Letort (musicien) Julie Lerat-Guersan (commédien) Laurence Levasseur (chorégraphe) jean-jacques Lion (réalisateur) Olivier Lopez (metteur en scène) Tristan Lucas (http://www.larigolerie.com) Sylvia Marzolini (comédienne) Gilles Masson (comédien, scénographe) Catherine Mazerole, Dominique Maestrali (réalisateur cinéma) Eric Marais (artiste) Patrick Martin (musicien) Antonin Ménard (metteur en scène comédien) Bruno Noêl (comédien) Claudy Nogent-Pistritto (réalisatrice cinéma) René Paréja (metteur-en-scène) Laetitia Pasquet (créatrice textile) Romuald Poretti (réalisateur) Mélanie Queniet (agent de développement) sophie Quenon,(chorégraphe) Marc Rapilly (show-man) Mélanie Richard, Hervé Roué (comédien) Nathalie Saïdi (Cies de Danse) Elodie Saint (chanteuse) Laura Simi (danseuse/chorégraphe) Cécile Tévenard (comédienne) Nicolas Talbot (musicien) Carina Tornatoris (Plasticienne) Ismael Troussier (régisseur) Mary-pierre Vadelorge (réalisateur cinéma) Marie-Laure Véron (plasticienne)…

La liste n’est pas close….

Prochain rendez-vous : un Forum/débat public sur l’appel se tiendra le lundi 3 mars 2008 à 17h30 Place Bouchard à Caen, au pied de la statue de Malherbe.

Les candidats aux municipales sont invités à s’exprimer sur l’appel des « cent et plus ».

Filed under: actualités, archives, presse

A Caen la Paix reporté, les artistes fâchés, Ouest France, 26 novembre 2008

Ils se sentent oubliés dans le débat de la remise à plat des animations.
Et demandent à avoir droit au chapitre.
La mairie ne s’y oppose pas…

« Cent à 150 professionnels du spectacle pour la parade, une centaine pour la préparation. » Selon Michèle Latini, professeur de danse, c’est l’effectif d’artistes, musiciens et danseurs, de techniciens, costumiers ou décorateurs mobilisé pour la dernière édition d’A Caen la paix, en 2007. Celle de 2009 n’aura pas lieu. Officiellement le temps que la municipalité redéfinisse sa politique en matière d’animations culturelles.Une version à laquelle Jean-Pierre Dupuy, président de lAssociation de défense des artistes et de développement artistique (Adada) ne croit pas. « C’est très bien, on est d’accord. Alors mettons-nous au travail tout de suite. »

Mais rien ne vient. Du coup, les artistes remettent en cause la remise à plat prétextée par la Ville. « Faire de la politique, c’est prévoir. Il n’est pas possible que l’on nous dise : «On vient d’être élus, il faut que l’on étudie la question.» Si on ne se met pas au travail maintenant pour 2010, c’est qu’il n’y aura pas de manifestation non plus en 2010. »

Remontés, les artistes et techniciens semblent avoir été mis devant le fait accompli. Pourtant, ils ont été mis à contribution, il y a quelques mois. « Nous avons répondu à l’appel à projet du printemps, à rendre avant la fin juin », s’indigne un homme. Impossible de connaître le nombre de dossiers déposés.

Au-delà de leur seule question, les membres de l’Adada s’inquiètent pour les habitants des quartiers, premiers rôles d’A Caen la paix. « Il y avait 1 400 participants en 2007, une soixantaine de structures », retrace Michèle Latini. « Les gens des quartiers sont les grands muets dans cette histoire, tonne Jean-Pierre Dupuy. On les renvoie chez eux, devant la télé alors qu’on milite pour les sortir. »

« Je ne connais pas le dossier, le sujet n’est pas remonté jusqu’à moi. Si les gens des associations veulent me voir, ils peuvent prendre un rendez-vous », rétorque le maire PS Philippe Duron. Qui se dit prêt à « associer » les artistes, « mais quand on sera prêt ». Une des questions posée par ce dialogue de sourds concerne le grand absent de la culture : le maire-adjoint Michel Dubois. « Y a-t-il un pilote dans l’avion ? », interpelle Jean-Pierre Dupuy. L’intéressé refuse d’intervenir sur ce sujet. Comme sur les autres dossiers brûlants. Curieux.

Josué JEAN-BART.
Ouest France
Mercredi 26 novembre 2008

Filed under: actualités, archives, presse, , , , , , ,

>Toute l’actualité du grand ouest > Caen – mardi 04 mars 2008 La culture entre dans la danse de la campagne, Ouest France, 04 mars 2008

(c) Ouest France

(c) Ouest France

« Il ne sert à rien de se regarder le nombril. Il faut travailler avec le public. » Jean-Pierre Dupuy, comédien et initiateur de l’Association de défense des artistes et de développement artistique (Adada), lance un message à la cinquantaine de personnes devant lui, ce lundi soir.
Une pétition signée par plus de 100 artistes circule via « L’appel des cent et plus ! ». Le texte demande des moyens et des lieux pour la création, interpelle les candidats aux élections municipales pour qu’ils soutiennent des lieux alternatifs, assurent une diffusion des oeuvres à l’échelle de l’agglomération. Principale idée : créer une sorte d’observatoire de la politique culturelle, avec les acteurs de la culture.

Sur la place Pierre-Bouchard, Jean-Pierre Dupuy fustige « un Président de la République expert en populisme », regrette que « les plus touchés par la baisse des crédits, comme par hasard, ce sont les jeunes créateurs. Car il est plus facile d’empêcher les artistes de naître. »

Des représentants des listes de Martine Frémont (Centre), Philippe Duron (PS), Brigitte Le Brethon (UMP) et Philippe Lailler (MoDem) sont venus décliner les éléments de leurs programmes respectifs en matière de culture.

Ouest France
Mardi 04 mars 2008

Filed under: actualités, archives, presse, , , , , ,

Un « appel des cent » lancé pour la culture, Ouest France, 29 février 2008

Comédiens, chorégraphes, réalisateurs, metteurs en scène, musiciens…
Ils sont plus d’une centaine, dans l’agglo, à interpeller les candidats aux municipales.

Jean Pierre Dupuy  (c) Ouest-France

Jean Pierre Dupuy (c) Ouest-France

Adada ! Non, ce n’est pas une invitation à se mettre en selle mais le nom d’une association toute nouvelle à Caen : l’Association de défense des artistes et de développement artistique.

Son cheval de bataille : « Une politique culturelle nouvelle en faveur de la création artistique et favorisant l’élargissement des publics », indique Jean-Pierre Dupuy, comédien et initiateur de cette association au nom rigolo. En pleine période électorale, le message est évidemment adressé aux candidats.

« Soutenir une culture de proximité »

Pour se faire entendre, l’Adada a lancé le 15 février une pétition, qu’elle vient de baptiser « L’appel des cent et plus ! ». Car une grosse centaine de créateurs de tout poil, installés dans l’agglomération caennaise, y ont déjà apposé leur paraphe : réalisateurs, chorégraphes, comédiens, directeurs de cirque artistique, musiciens, plasticiens, régisseurs, peintres, écrivains…

On y trouve des noms connus de la scène caennaise : les metteurs en scène David Bobée, Valéry Dekowski, Thomas Ferrand ou Olivier Lopez ; la comédienne Émilie Horcholle ; le musicien Manu Constant ; ou l’auteure Nathalie Féron.

Ils demandent que « priorité soit accordée à la création sous toutes ses formes et en particulier dans les nouveaux territoires des arts » et qu’on mette « à disposition des lieux variés : studio de danse, ateliers, salle de répétitions… »

Ce qu’ils attendent des candidats aux municipales : « Créer et soutenir des lieux alternatifs originaux ; créer et favoriser la diffusion des oeuvres sur tout le territoire de l’agglomération ; soutenir la multidisciplinarité et les regroupements d’artistes ; soutenir une culture de proximité qui rapproche les citoyens des oeuvres ; favoriser les rencontres entre les artistes locaux et les artistes de réputation internationale par la création d’événements ; promouvoir la création locale et régionale ; encourager de toutes les manières les pratiques amateurs et leur relation à la profession. »

Un forum lundi prochain

De grandes intentions un peu générales auxquelles on peut toutefois ajouter une exigence concrète : « Créer un comité municipal des arts et de la culture chargé du suivi de la politique culturelle. Un comité indépendant, mixte et paritaire d’élus et d’artistes en capacité d’évaluer et de donner avis sur les initiatives et orientations suivies. »

L’Adada a invité les candidats à s’exprimer sur cet appel. Elle encourage aussi toutes les personnes sensibles à cette question à rejoindre ses membres le lundi 3 mars à 17 h 30, place Bouchard, au pied de la statue de Malberbe, pour un « forum/débat public » qui s’annonce festif. Avec bon espoir que d’autres signataires rejoignent ses rangs au grand galop.

Laurent NEVEU.
Ouest France
Vendredi 29 février 2008


Filed under: actualités, archives, presse, , , , , , , , , , , , ,

L’imprévisible

  • Les agendas de L’Imprévisible devraient réglementairement savoir se faire oublier d’ici à 2024. Bonnes années quand même. 2 weeks ago
  • journée des lendemains 2 weeks ago
  • journée de l’annulation de dernière minute 2 weeks ago
  • journée de l’emploi du temps 2 weeks ago
  • journée du droit d’inventaire 2 weeks ago

TWITTER