ADADA

Association de Défense des Artistes et de Développement des Arts

Rappel : AG ADADA Lundi 21 mars 2011 à 17 heures à la MJC du Chemin Vert

 


Assemblée Générale de L’ADADA ouverte à tout public

MJC du Chemin Vert – Caen – Situez via GoogleMaps

Lundi 21 mars 2011 à partir de 17 heures

Grand débat : A quoi sert l’ADADA ?
Cette Assemblée sera souveraine elle fixera si l’ADADA doit continuer ou pas et pourquoi.

Cher(e)s ami (e) s
L’Adada.a tiendra son assemblée générale le lundi 21 Mars 2011 à la MJC du Chemin Vert – 1 rue d’Isigny 14000 Caen – de 17h à 20h.

Ordre du jour  : À quoi sert l’adada.a. ?
En présence de nombreuses personnalités, le débat sera animé par notre ami J.-L. Charlot de 17h à 18h30.
Le débat est ouvert à tout le monde adhérent ou pas d’Adada.
Il va de soi que si une majorité se dégageait pour considérer qu’Adada ne sert à rien, il restera à aux adhérents réunis en assemblée générale statutaire à en tirer toutes conséquences utiles.
À partir de 18h30, l’ordre du jour sera bilan, perspective et élection, suivi d’un pot de l’amitié et d’une conférence de presse à 19h30.
Nous espérons vous y voir nombreux.
En cas d’impossibilité, vous êtes prié de mettre le pouvoir (voir lien ci-dessous) à la disposition d’un adhérent dont vous vous êtes assurés la présence à l’assemblée.
Vous pouvez aussi le laisser en blanc et il sera remis par tirage au sort à un membre présent.
Merci d’avance.

Jean-Pierre Dupuy,
Président

plus d’infos

Publicités

Filed under: actualités, documents, , , , , ,

RDV Vendredi 23 Avril à 16h00 rendez-vous au CCN aux Granges à Caen / affaire compagnie Silenda

Alors que l’ensemble des collectivités locales et territoriales manifestent le plus vif intérêt pour la compagnie de danse Silenda
c’est la DRAC de Basse Normandie qui, unilatéralement, décide de se désengager et met l’existence même de cette compagnie en danger !
Les compagnies de danse voudraient travailler dans la sérénité et en finir avec une politique du coup par coup et du loto permanent.
On ne peut pas laisser passer cette affaire sans réagir.
Silenda aujourd’hui ?
QUI demain ?
Comment conduire et développer des politiques cohérentes dans ces conditions ?
NOUS VOUS INVITONS VENDREDI PROCHAIN à VENIR en discuter au CCN avec le Collectif Danse et les syndicats.
L’adada soutient cette initiative.
À VENDREDI 16h00 !
Illustration : DR.

Filed under: actualités, , , , , , , , , , , , , ,

Assemblée Générale extraordinaire de l’adada.a le mardi 27 Avril à 17h30 aux Ateliers Intermédiaires à Caen en présence de Pascale Cauchy Vice Présidente Culture du Conseil Régional de Normandie du Sud

Assemblée Générale extraordinaire de l’adada.a  le mardi 27 Avril à 17h30 (2 heures) aux Ateliers Intermédiaires à Caen
en présence de Pascale Cauchy, Vice Présidente Culture du Conseil Régional de Normandie du Sud

Ordre du jour :
– Centre de ressources et de Développement des Arts.
– Questions et Débats avec Madame Pascale Cauchy

Cette assemblée répond à deux demandes qui se sont fortement exprimée ces derniers temps.

Centre de Ressources et de Développement

1.   Urgence de préciser notre pensée sur le Centre de Ressources, sur quel principe, son utilité, sa configuration.
Tous les adhérents de l’adada.a doivent « contribuer ».
Ainsi L’AG  fera un constat de travail.
Nous devons travailler sur des écrits. Des contributions écrites. Faire des propositions concrètes.
Nous consacrerons une heure à cet objet.
Les camarades souhaitant s’exprimer sur ce sujet doivent accepter l’exercice d’une contribution écrite dont ils pourront faire une synthèse soumise à débat dans un lapse de temps limité. Le but étant de synchroniser les interventions.
Il nous faut désigner un comité de pilotage pour faire ce travail comme pour mener le débat avec Pascale Cauchy.
Prière de faire acte de candidature.
Merci.

Co-construction des politiques publiques de la culture et rencontre avec Pascale Cauchy

2 .  Nombreux, très nombreux sont les artistes de toutes disciplines qui souhaitent rencontrer Pascale Cauchy.
C’est pourquoi nous avons sollicité sa présence et  elle nous a fait l’honneur d’accepter.
Cette rencontre, nous la souhaitons la plus constructive possible. Pour ce faire nous devons veiller à un partage équitable de la parole.
Temps de parole qui sera nécessairement  limité.
Dans la période où nous sommes, il paraît  pertinent que nous employons à éclairer Pascale Cauchy sur  nos  problèmes et besoins, pertinent de développer un débat politique sur l’intérêt général et l’insertion des problèmes de chacun dans le cadre de l’intérêt général. Nous en sommes à cerner au mieux le sens politique et sociétal de nos revendications. L’aspect technique n’est pas à l’ordre du jour. Organisons-nous si vous le voulez bien, d’abord, autour d’une libre parole et d’un échange le plus ouvert possible.

Ces deux ordres du jour et la gestion de la parole qui vous sont ici proposés impliquent un  consensus entre nous.
Toutes suggestions  favorisant  la liberté d’expression de chacun comme de Pascale Cauchy seront bienvenues.

Comité de pilotage

Dans l’immédiat constituons un comité de pilotage qui se porte garant  et qui veillera au bon déroulé. L’avenir de l’adada.a passe par une gestion collective de nos affaires. Je m’inscris au comité de pilotage sans en prendre la direction. Faites connaître votre disponibilité. Merci.

Additif

Un grave problème que nous ne traiterons pas à cette Assemblée concerne l’absence de locaux ! depuis deux ans nous demandons à la Mairie de Caen des locaux ou une subvention nous permettant d’en louer. C’est, désormais, la survie et le développement de l’adada qui se joue à travers  ce problème. Notre insuffisance de moyens devient criante et insupportable. Nous avons clairement alerté les instances publiques que ce soit la ville de Caen, Drac, Département , Région….Il semble bien que notre travail et notre utilité ne soient guère « appréciés » et plutôt mal « évalués » …Et nous nous heurtons à une sourde oreille dont on peut se demander si elle ne viendrait pas de ce que nous tiendrions des propos et porterions des propositions dérangeants. Que faut-il faire pour que notre appétit de travail soit pris en considérations ?

Pour L’adada  JP Dupuy  2 avril 2010

Filed under: actualités, , , , , , , , ,

Article de Dominque Nugues sur la « rencontre » des acteurs de la Culture en Basse Normandie avec le DRAC de Basse Normandie


Au sujet de l’accueil de la délégation des acteurs de la culture en Basse-Normandie reçue ce jour par le Directeur régional des affaires culturelles de Basse-Normandie, retrouvez l’article de Dominique Nugues sur son blog et plus précisément en suivant ce lien.

Rappel : cette manifestation prenait place dans le cadre d’une journée nationale de mobilisation contre la RGPP (Révision générale des politiques publiques).
Et localement, le SYNAVI, l’UFISC et l’ADADA appelaient à cette manifestation.

Illustration : Barth Peron glob.bargeo.fr a tribute to jaffiche.fr .
Vous avez échappé à ça !

Filed under: actualités, contributions, , , , , , , , , , , , ,

Mobilisation le 26 mars à 8h45 VENEZ SOUTENIR une danseuse intermittente du spectacle en conflit avec Pôle Emploi


VENDREDI 26 Mars à 8h45 au Tribunal Administratif (Rue Lebret Face à la Prairie) de Caen !
VENEZ SOUTENIR KATIA LENTIN Danseuse intermittente du spectacle en conflit avec Pôle Emploi

10h au siège social d’aller-retour 10 rue Pasteur à Caen : Réunion du Collectif Danse ouvert à tout le monde.

LUNDI 29 Mars
Pour ceux qui ne vont pas manifester à Paris, le SYNAVI appelle à un pique nique de 12h à 14h dans les jardins de la DRAC 13 bis rue de Saint Ouen …
L’adada s’associe à ces manifestations !
Venez Nombreux !
Montrez Vous !
Apportez votre concours à la défense de l’art et de la culture !
Soutenez les organisations qui vous défendent jour après jour…
Tous lundi MANIFESTONS !

Lisez le Tract Basse-Normandie

Filed under: actualités, archives, , , , , , , , , , , , , , , , ,

Communiqué ADADA / SYNAVI 17 Mars 2010

Communiqué Adada/SYNAVI 17 mars 2010

C’est avec une vive satisfaction que nous avons pris connaissance de l’accord de gouvernance passé entre Europe-Écologie et  l’union PS/PC/PRG.
En effet, au plan de la culture, l’accord reprend quelques revendications qui nous sont chères et que nous avions mentionnés dans notre communiqué du 14 Mars dernier.

1. Nous disions avec le Synavi : Synavi et Adada estiment qu’il est devenu indispensable d’élargir la base sociale des échanges sur la culture.
Plus que jamais, le secteur indépendant, riche du maillage de milliers de structures et d’artistes de toutes disciplines sur tout le territoire peut devenir la force décisive du développement culturel.

L’accord dit :

La politique culturelle de la Région veillera en priorité au soutien à l’action culturelle de proximité et des pratiques amateurs, appuyées sur les efforts de nombreux acteurs indépendants et assurant un maillage territorial cohérent et une ouverture vers des publics plus large.

2. Nous disions qu’il fallait : rééquilibrer le subventionnement en faveur du secteur indépendant,
moyen d’alléger les charges trop lourdes qui pèsent sur les institutions,

L’accord dit :

Le renforcement du soutien régional à ces actions sera notamment permis par le redéploiement de crédits.

3. Nous disions que nous avions besoin d’un Centre Régional de Ressources et de Recherche pour le secteur indépendant. Il répondrait à un besoin de structuration incontournable du secteur, il permettrait une harmonisation et une mise en synergie tout aussi incontournable. Il permettrait une vraie lisibilité indispensable des forces vives  opérant sur le territoire.  Inscrit au plan État/Région; il serait l’outil de référence  dont ont impérativement besoin les artistes et entreprises du secteur indépendant.

L’accord dit :

La Région conduira une réflexion vers la création d’un Centre de  Ressource de Développement Culturel, lieu d’échanges, de coordination et de valorisation des réseaux d’acteurs.

4. Nous disions évoquant nos problèmes économiques « nous inscrire dans une perspective de politique publique, réfuter une conception de l’art et de la culture réduite à la marchandise et à la consommation. »

L’accord dit :

La Région doublera la part qu’elle consacre à l’économie sociale et solidaire

Difficile dans ces conditions de ne pas nous montrer bienveillant vis-à-vis de cet accord. Nous savons aussi qu’il doit beaucoup à Europe-Écologie, nous devons à la vérité de le dire. Reste l’essentiel ! Quelles que soient les raisons de se féliciter des termes de l’accord…Nous devons nous rappeler À nous-même que nous sommes porteur d’une exigence précise et incontournable : LA CO-CONSTRUCTION de la politique culturelle. C’est la garantie que les promesses seront tenues.

Je sais, beaucoup de camarades du Synavi et de l’Adada  peuvent considérer avec fierté le travail accompli  pourtant c’est maintenant  -plus que jamais- qu’il faut mettre les mains dans le cambouis et ce quelle que soit l’issue des élections. Pour nous le programme reste toujours le même ! Vigilance et détermination : PAS SANS NOUS !

Et nous disons à tous les artistes et structures, amateurs, éducateurs :enseignants, animateurs, publics  de toutes disciplines : rejoignez-nous !

Pas sans nous : ça veut dire pas sans vous !  PAS SANS VOUS !

Pour l’Adada JP DUPUY                         Pour le Synavi Romuald Duval

Téléchargez l’accord définitif concernant les régionales 2010

Filed under: actualités, contributions, documents, , , , , , , ,

Détresse et mandarines, compte-rendu de la réunion avec la liste Beauvais ayant pour thème Caen Capitale

Salut Jean-Pierre,
Salut todo el mundo,

Nous étions une cinquantaine, hier vers midi, à assister à une réunion de la liste Beauvais.
Cette réunion avait pour thème Caen Capitale.
Bien.
En fait, d’entrée, nous apprenions que nous y traiterions de culture.
Nous apprenions aussi que Laurent Beauvais ne serait pas là, pris par des obligations, vers Cherbourg.
Dans la mesure, où l’invitation émanait de lui et que sa présence était annoncée, le procédé semble peu respectueux, mais ne nous arrêtons pas à ces détails protocolaires et conseillons-lui de soigner la coordination de ses agendas.
Nous apprenions enfin, que le vice-président chargé de la culture, Tourret  ne serait pas là, non-plus.
L’affaire tournait à la débandade.
En revanche, chose curieuse Philippe Duron présidait la réunion.
Rappelons qu’il s’agit d’une réunion dans le cadre des régionales.
A quel titre présidait-il ?
Personne ne lui a demandé.
Il était flanqué de M.J.Gobert et de Corrine Feret.
La première nous a longuement parlé de sports et de la carte Cart@too.
La seconde de réunions à venir sur la solidarité et le handicap.
Déjà, la disposition de la salle en amphi, les orateurs d’un côté de la table et le public en arc de cercle de l’autre côté, montrait que l’on ne mélange les serviettes élues avec les torchons de votants, fussent-ils représentatifs d’un secteur d’activité.
Donc après les discours introductifs d’usage, on passa aux questions.
En réalité le bal ouvert par J.P  Dupuy, se révélait très vite être un réquisitoire implacable des politiques régionales et municipales.
L’état de délabrement des structures indépendantes, les situations personnelles parfois alarmantes au sein des ces structures, furent dites, parfois avec une émotion qui en dit long sur la détresse des artistes dans la région.( Je pense à J. Auvray, en particulier…).
L’incohérence des politiques menées par la région fut aussi mis en avant.
Incohérence entre les volontés de formation dans le secteur et le manque pathétique de débouchés professionnels.
Incohérence entre une volonté affichée de pratiquer une culture à l’accès élargi au plus grand nombre et un financement prédateur de structures élitistes.
Incohérence (ou absence) des projets d’infrastructures, centre de ressources,  lieux de productions etc.
Incohérence et confusion entre expertise et évaluation.

Les réponses aux questions ou aux suggestions furent, en gros:
– On vous a compris, ce dont vous manquez c’est de reconnaissance (mes pauvres chéris, pourtant on vous aime bien, franchement…si si !).
– On vous a entendu, on va essayer de faire quelque chose  pour vous, mais on ne peut pas grand chose.
Pour le reste, on continue comme avant, en améliorant 2 ou 3 trucs, promis,

Surtout n’oubliez pas de voter.
Maintenant désolés, mais nous sommes très pris.
Au revoir et merci, il reste des mandarines et du café sur la table du fond …

Suite au prochain numéro.

Dominique Nugues

Filed under: actualités, contributions, , , , , , , , , ,

Assemblée Générale d’ADADA : Forte impulsion et forte participation – Nous voulons une vraie concertation avec les pouvoirs publics et co-construire la politique culturelle !

Ce jeudi 25 février l’adada a franchi – je crois – une étape décisive de sa jeune existence. D’abord ce fut une présence massive des militants à l’assemblée. Grosse présence et participation :  quelques 50 adhérents se sont exprimés soit présents soit par procuration. Nous démarrons donc l’année sur les chapeaux de roue. De même que l’élection municipale de Caen avait « boosté » la création de l’adada… De même les élections régionales ont enflammé une heure durant nos débats ! Avant cela nous avons pu dresser le constat que l’adada est un haut lieu de solidarité active entre tout les artistes !

Rendre de compte de la richesse des interventions, je serais bien fou de m’y risquer. Vous trouverez ci-après le texte des motions (plus d’une quinzaine !) adoptées. Certaines le furent après une présentation expéditive et c’est pourquoi je vous invite à une lecture plus attentive, à tête reposée (si nécessaire accordez vous un congé pour cela) de ces textes d’orientation. Nous reviendrons très vite sur le débat concernant ce qui a été appelé la ligne TOURRET… Grosso modo, pourquoi l’union de la gauche sortante (exception faîte d’Europe Ecologie) cautionne la ligne TOURRET… Laquelle fait double emploi ou pire DOUBLE JEU avec les « voix publiques ! ». Nous avons donc le temps de cette campagne pour exiger la clarté et dénoncer une politique d’enfumage (selon les termes des camarades en colère).

Action ! Action ! Ont scandé sur l’air des lampions nos camarades les plus résolus ! Je me suis engagé à porter cette parole « active », a obtenir les changements profonds que nous revendiquons : faute de quoi je l’ai dit et l’écris ici, en cas d’échec, je remettrais ma démission à la prochaine AG du mouvement ! Car l’adada c’est d’abord un mouvement d’opinions ! C’est si vrai que – emportés par leur élan et leur enthousiasme – certains ont suggéré qu’on se présente aux prochaines élections ! Les intentions de ces camarades sont louables… Ils veulent pousser la co-construction dans ses ultimes retranchements : après un « pas de politique culturelle sans nous » ils veulent « une politique culturelle que de nous ». Ils ont tord car  quelle qu’elle soit la politique culturelle concerne d’abord massivement l’ensemble de nos concitoyens : c’est une vision de la société qui se profile à travers elle et une volonté de transformation des rapports sociaux ! CETTE VOLONTÉ DOIT SE PARTAGER.

À chacun d’entre nous – en conscience – d’examiner de près les propositions politiques qui nous sont faîtes. Et comme nous l’avons dit à notre AG : cet examen doit se faire in fine et en conscience. L’adada ne dictera sa conduite à personne mais nous serons là,  élection ou pas pour défendre et promouvoir la haute idée qui est la notre, de l’art et de la culture partagés.

JP DUPUY

28 février 2010

Texte d’orientation ADADA 2010

1. Défense des artistes

La défense des artistes est un des axes fondateurs de l’adada. Solidarité active et concrète. Elle s’est manifestée récemment avec les difficultés qu’on pu connaître certaines compagnies de danse : Hippocampe, Cie Auvray, Cie Accorps. Dernière manifestation de solidarité, nous avons relayé l’appel de Joël Hubaut concernant  Hervé Leforestier. Mais nous suivons le dossier Lehodey (un intermittent au tribunal pour escroquerie ! On lui réclame plus de 35000 euros). Bref tout le long de l’année les dossiers s’accumulent dont beaucoup sont traités par notre camarade Escamez. Doit-on continuer ce type d’action ? Quelle équipe veut bien s’investir avec José Escamez ? La solidarité est essentielle tant vis-à-vis du chômage (nous agissons en concertation avec les organisations de chômeurs) que vis-à-vis  des sans papiers, travailleurs immigrés et  accueil des étrangers.

Motion 1

L’adada affirme sa solidarité active avec  les artistes en difficulté. Participe et organise dans la mesure de ses moyens la défense des artistes. Diffuse l’information la plus large concernant les difficultés qu’ils peuvent rencontrer. Approfondira la réflexion et conduira toute action nécessaire pour associer les citoyens  aux problèmes des artistes. Soutiendra solidairement les luttes de tous ceux que cette société met en difficulté.

Motion adoptée à l’unanimité.

2. Société

Motion 2 – Quelle culture pour quelle société ?

La crise du capitalisme et de son modèle de société ne fait plus aucun doute. Crise du système bancaire, crise du tissu industriel, mondialisation et finalement crise dans l’exploitation de la nature… Ce contexte de crise permanente provoque  des réponses multiformes. On peut penser que l’explosion de la demande culturelle et  de pratiques artistiques est un fait de civilisation et  une réponse à la crise. Nous pouvons en tirer quelques  conséquences : la croissance « artistique » n’est pas conjoncturelle et aucun dispositif de dissuasion n’en viendra à bout. À travers cette croissance c’est un nouveau mode d’existence qui s’organise pour tous les citoyens dans leur façon de vivre ensemble  et qui demande des dispositifs nouveaux pour  ceux qui veulent se qualifier professionnellement. Dans tous les cas le développement culturel accompagne et stimule les changements  sociétaux. La création et l’invention deviennent des critères d’adaptabilité au monde moderne en mutation incessante.   Motion adoptée à l’unanimité.

Motion 3 – Culture de Proximité

Les artistes sont confrontés à un nouveau mode de développement qui implique  la reconnaissance du secteur indépendant des arts et de la culture. C’est avec ce secteur et en lui en accordant les moyens que doit désormais se penser le développement culturel. Cela implique d’être attentif à une culture diffusée en  proximité par un maillage nouveau des territoires. Cette culture doit se bâtir pour et avec les citoyens sur tous les plans. L’éducation Populaire peut devenir le principal vecteur de cette politique, à condition que l’artiste et son œuvre s’inscrivent au cœur  des dispositifs nouveaux.

Motion adoptée à l’unanimité.

Motion 4 – Rééquilibrer le secteur indépendant et les institutions

Jusqu’à présent le dispositif de développement culturel était de type pyramidal. Dans ce cadre les institutions constituaient un pôle de référence obligé. Aujourd’hui nous devons penser un nouveau type de développement plus horizontal. Sortir d’une pensée de l’art codifiée par l’excellence, l’exception et la rareté. Bref une nouvelle distribution des forces vives implique un rééquilibrage des aides et financements. Implique la reconnaissance de nouvelles donnes. Il faut orchestrer, harmoniser et élargir la base sociale de l’art et la culture. Il faut convoquer l’ensemble des acteurs pour une ambition nouvelle.

Motion adoptée à l’unanimité.

3. Les disciplines

Motion 5 – La danse

L’adada apporte son soutien à la lutte du secteur de la danse.

Il nous paraît pertinent de mettre en évidence les problèmes de la danse. Pourquoi ?

Parce que malheureusement la danse souffre depuis des années d’un différentiel d’aide publique que rien ne justifie.

Parce de plus en plus d’acteurs de cette discipline ont pris conscience des problèmes qui pèsent sur eux et ils se sont mobilisés en conséquence.

Parce que plus que toute autre discipline, la danse dans son expression contemporaine, voit son développement reposer sur des fonds publics (en dépit du reliquat mondain entretenu par Lanvin).

Parce que le langage de la danse à l’instar d’autres langages procède d’un besoin d’émancipation et de libération.

Qui peut le plus peut le moins : toute conquête concernant la danse tire l’ensemble de nos disciplines vers le haut en termes de politique publique. Il reste que nous devons rester très vigilants à prendre en compte tous les secteurs.

(La vidéo, le cinéma, On en est où ?).

Motion adoptée à l’unanimité.

4. Région et territoire

Motion 6 – Politique territoriale. Convention. Contrats et réseaux

Dès lors que l’on parle de politique territoriale… Nos regards se tournent vers la Région. L’adada a pris position sur la future Réforme territoriale. Sur le fond, il s’agit de s’assurer que chacune des entités publiques (État, département, ville, région) qui concourent à la mise en œuvre d’une politique culturelle, puisse le faire loyalement et harmonieusement. Les artistes voient s’alourdir les pesanteurs bureaucratiques et technocratiques. Il devient urgent donc que se mette en place un système de convention qui opère sur la durée, système ouvert à tous. Contrats d’objectifs partagés. Politiques co-construites.

Motion adoptée à l’unanimité.

Motion 7 – Caen Capitale

La situation de la ville de Caen reste extrêmement préoccupante. Le secteur indépendant s’y sent très mal à l’aise. L’hémorragie des jeunes talents est constante. Manque de lieux, manque de lisibilité, manque d’ambition. Le secteur indépendant souffre de promesses constamment renouvelées et JAMAIS TENUES.

Beaucoup d’espoirs ont pu naître avec l’arrivée d’une nouvelle équipe à la municipalité, or de fait la situation de la plupart des artistes indépendants se dégrade. Pas de lieu de représentation. Impossible pour nos camarades bas normands de venir jouer/danser à Caen ou y exposer ou s’y manifester. Seule solution aller voir ailleurs… Même pas à Avignon d’ailleurs… Faute d’une volonté bien inscrite des pouvoirs publics d’y voir la promotion des artistes bas normands.

Motion adoptée à l’unanimité.

5. Diffusion et règles économiques

Motion 8 Faiblesse des dispositifs de soutien du secteur indépendant. Odia

L’adada estime que dans sa forme actuelle, l’Office de Diffusion Artistique ne répond pas aux attentes de la profession. Le développement sans précédent des artistes et structures indépendantes n’a pas la lisibilité et le soutien qui lui est dû. Dans ces conditions (relevées récemment par un rapport parlementaire) il est impossible de gérer une politique cohérente du secteur pas plus en diffusion que sur d’autres plans, formation notamment. Il devient impératif de repenser l’ensemble des dispositifs qui concernent le secteur indépendant.

Motion adoptée à l’unanimité.

Motion 9 – Revoir les supports économiques, l’emploi

Collaborer avec les organismes qui repensent l’économie du secteur en termes d’économie solidaire est une nécessité absolue. Nous souffrons de l’inadéquation de nos assises juridiques à notre objet. Malentendu sur l’associatif comme statut alibi. L’ARDES et L’UFISC sont pour l’adada des structures de références.

Motion adoptée à l’unanimité.

6. Les outils

Motion 10 – La concertation et la structuration passe par un Centre de Ressources, de recherche, régionale pour l’innovation culturelle.

Consacré au secteur indépendant, il serait un outil de coordination et de valorisation des réseaux. Le potentiel économique et social que constitue l’ensemble du secteur indépendant des arts y trouverait un ancrage, une base pour son épanouissement. Au service de l’intérêt collectif des artistes, ces derniers en garderaient la maîtrise. Pour la première fois un outil de grande envergure, serait représentatif des artistes et structures indépendants non institutionnels. Lieu d’exposition des œuvres de toute la région. Lieux d’échanges. Mise en musique de l’émergence et de la transmission. À inscrire au plan état/région.

Motion adoptée à l’unanimité.

Motion 11 – Formation

La formation continue comme initiale doivent être soutenu résolument par les pouvoirs publics. La formation est une des priorités du secteur.

Motion éducation artistique

Nous affirmons qu’aucune éducation artistique ne peut se dispenser sans les artistes. Nous qualifions d’artistes intervenant, les artistes opérant dans un contexte éducatif. Ils restent artiste à part entière, leur pratique et leur technique relèvent de leurs œuvres et de leur capacité.

Motion adoptée à l’unanimité.

Motion 12 – Concertation

Nous devons inventer des outils de concertation qui permette au secteur indépendant de participer à la politique publique. Nous suivrons avec attention la table ronde de la danse mise en place par Laurent Beauvais. Est-ce l’outil secteur par secteur dont les indépendants auraient besoins ? Composé des pouvoirs publics, des institutions et des indépendants (groupe majoritaire). Un tel groupe ne fait pas double emploi avec les comités de suivi des institutions. Nous n’avons pas de comité de suivi global de sorte que les petites structures doivent l’assurer de gré à gré au petit bonheur la chance. Mais jamais n’est mesurée la globalité du travail d’un secteur ni donc comment s’y comporte l’emploi. Aucun instrument de mesure sérieux (d’où le rapport parlementaire) n’existe. CRSV.

Motion adoptée à l’unanimité.

Motion 13 – L’évaluation

L’évaluation reste une préoccupation constante. Nous disposons d’un texte. C’est un serpent de mer. On peut estimer que l’évaluation relève des critères de l’intérêt général d’une part et de la collection des points de vue d’autre part. Sans oublier que par définition l’œuvre d’art n’a pas de prix, qu’une certaine gratuité la fonde.

Motion adoptée à l’unanimité.

7. Structuration Election

Motion 14 – Structuration du secteur indépendant

A-t-on besoin de l’adada ? Ce qui est un besoin impératif, c’est que notre secteur se structure et se donne une représentativité. Cette représentativité doit permettre des économies d’échelles. Si on veut préserver la singularité de chacun nous devons proposer chaque fois que cela est possible une réponse murie collectivement. Ainsi l’adada ne vaut que comme entité collective. Si nous devons continuer : ce sera à titre provisoire.

Proposition de renouvellement du bureau :

Candidature

François Boros (Musique)

François Alleaume (Art Plastique)

Clotilde Labbé (Orne)

Guillaume Leterrier (Manche)

Valérie Colette–Folliot (Danse) Trésorière

Sortants : Frédéric Hocké, Elise Fernagu

Les cinq nouveaux candidats ont été élu à l’unanimité ainsi que

JP Dupuy (Président),

Claudy Nogent-Pistritto (Cinéaste, Vice Présidente),

Julie Lerat-Guersan (Comédienne, Secrétaire),

Hervé Mazelin (Décorateur, Vice Président)

8. Avenir de l’Adada

Motion 15 – Finances démocratie et développement de l’adada

L’adada a sollicité 20000 euros des pouvoirs publics. Pourquoi ?

Nous voulons travailler en professionnels conséquents et nous n’avons pas d’outils. Mettre un terme au bricolage veut dire lieux bureaux équipement. Cela a un coût. Par ailleurs l’adada veut se développer sur tout le territoire bas normand.

C’est un autre coût, car nous voudrions que nos camarades de l’Orne ou de la Manche ne soient pas victimes d’un surcoût du fait géographique pour participer aux activités. Il faut donc trouver des systèmes compensatoires justes et efficaces.

Autrement les finances de l’adada sont saines mais reposent sur des apports bénévoles très conséquents (20000 à 30000 euros) et les cotisations. Autour de 500 euros.

Seule dépense conséquente : Danse en Danger une banderole à 50 euros !

Là encore disposé de moyens dépend de l’appréciation des pouvoirs publics si ils veulent que l’adada se structure et devienne un partenaire fiable, il y faut un peu de moyens ! Or nous sommes des partenaires peu accommodants… Donc cela suppose de leur part  un appétit de vérité et de démocratie qui trouve alors son expression dans l’aide publique. Nous demandons donc cet argent sans complexe. D’autant que le « y’a pas d’argent » n’a plus de crédit pour nous depuis que Monsieur Alain Tourret qu’en Comédia dell’arte on appelle EL MAGNIFICO vient d’offrir un million d’euros à nos peintres impressionnistes… Sur un claquement de doigt ! Olé…

Motion adoptée à l’unanimité.

Motion 16

Le CA de l’adada donne mandat au Président de poursuivre les démarches auprès des services fiscaux pour que les cotisations des adhérents bénéficient des dispositions réglementaires permettant  de les déclarer  pour allègement d’impôt sur le revenu.

Motion adoptée à l’unanimité.

___

Ne figure pas dans ce compte-rendu  la lettre ouverte à la majorité sortante du Conseil régionale dont j’ai pu faire lecture à l’assemblée générale. Cette lettre ouverte qui émane d’un de nos adhérents qui ne veut pas dire son nom par crainte de représailles (perte de ses subventions ?)… va faire l’objet d’une communication en début de semaine (Ouvrez vos mails !).

D’autant que la majorité sortante tient une réunion sur la culture le jeudi 4 mars 2010 à 12h30 au 2 avenue du 6 juin à Caen.

A CAEN.  La question : quelle place pour Caen capitale dans la politique culturelle ?

PRÉSENCE massive indispensable.

Nous étions nombreux ce samedi pour discuter avec Europe-Ecologie à la Garsouille, rue Arcisse de Caumont. Nous avons fait mieux que discuter : Ce fut une véritable séance de travail qui fait passer la CO-CONSTRUCTION dans les mœurs. Merci à Europe-Ecologie de l’avoir compris et mis en œuvre avec nous !

Le lundi 8 c’est Philippe Augier qui invite les « dames » (journée de la femme)  à un petit déjeuner au Royal à CAEN. Notre camarade Valérie Colette-Folliot envisage de s’y rendre et souhaiterait que d’autres militantes se joignent à elle . C’est à 8h…aux aurores !

Comment cela s’appelle-t-il quand tout est dévasté et en cendres et que le jour se lève et que la vie et l’espoir renaissent ?

Cela s’appelle l’aurore.

Electre Giraudoux

TELECHARGER CE TEXTE AU FORMAT PDF


Filed under: actualités, archives, documents, , , , , , , , , ,

Rappel : Assemblée Générale annuelle ADADA le jeudi 25 février 2010 à la MJC du Chemin Vert,

L’Adada tiendra son Assemblée Générale annuelle le jeudi 25 février 2010 à la MJC du Chemin Vert, 1 rue d’ Isigny à Caen de 17h à 19h.

L’assemblée sera suivie à 19h d’une réception permettant d’accueillir personnalités et journalistes.
Ordre du jour :
– Bilan d’activités et financiers.
– Perspectives ou dissolution de l’Adada.
– En cas de poursuite : quel organisation ?
– Renouvellement du bureau. – Questions diverses.

Télécharger ci-dessous votre convocation à retourner à
l’Adada 17 rue Melingue 14000 Caen ou par mail à jempy.dupuy@wanadoo.fr

Convocation au format RTF | Convocation au format PDF

Créée en janvier 2008 l’Adada s’était accordée 3 ans pour faire la preuve de son utilité.
Les pouvoirs publics ont été sollicité
pour accorder à l’Adada les moyens nécessaires
d’une représentativité effective de tous les acteurs artistiques de la Basse Normandie.
Leur réponse sera connu le 25 février et par conséquen
t nous saurons dans quelles
conditions l’aventure pourra se poursuivre ou pas.
C’est pourquoi la présence de chacun s’avère indispensable.
Continuer ou solder notre compte, l’assemblée devra trancher.
En cas d’absence veillez
à bien soupeser cette question :
en quoi l’Adada est-elle une structure utile à l’intérêt général ?

Les pouvoirs publics (Région, Ville, État , Département) vont devoir
de leur côté trancher…
Nous devrons, en possession de leur avis, trancher à notre tour :
ce sera le jeudi 25 février à 17h
.

Filed under: actualités, , , , , , , ,

Pétition : Signez l’appel pour la non disparition de l’Hippocampe

L’ADADA se joint au collectif des chorégraphes de Basse-Normandie et des représentants du secteur culturel indépendant, associatif et institutionnel, réunis le 10 février 2010 à l’Hippocampe autour de la problématique actuelle de ce lieu, espace de recherche et de création et de la question de son existence, nous lançon un appel pour la non disparition de l’Hippocampe, un espace dédié à l’art et aux artistes, un espace inscrit au cœur de la population, au cœur du paysage culturel, un espace dédié à l’accessibilité de tous les publics à la découverte des propositions artistiques.

Pour envisager l’avenir, nous vous posons ces questions :
1) Quel positionnement sur la politique culturelle chorégraphique les partenaires publics ont-ils aujourd’hui ?
2) Sont-ils prêts à se prononcer sur la nécessité de l’Hippocampe dans le potentiel créatif en Basse-Normandie et Caen Capitale ?
3) Sont-ils prêt à s’engager, enfin, après des années d’atermoiements, voire de tergiversation, dans le soutien à l’Hippocampe en tant qu’espace de création et de monstration
?

Aujourd’hui, ce n’est pas une promesse que nous attendons mais une réponse et un engagement concrets.

Soutenez l’Hippocampe, signez la pétition en ligne !

petition
_____

En savoir plus sur l’Hippocampe

Illustration : capture d’écran via GoogleStreet

Filed under: actualités, coup de coeur, , , , , , , , , , , , , , , ,

L’imprévisible

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.

TWITTER

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.