ADADA

Association de Défense des Artistes et de Développement des Arts

Vu dans la presse : Ouest France Un « Guggenheim » normand à Colombelles

SMN

Le projet du Pôle régional d’art contemporain sur l’ancien site métallurgique reste sur ses rails. Un délégué a été nommé pour l’activer. Un concours d’architectes devrait être lancé au printemps 2010.

Un délégué
Hervé Legros a une double formation d’historien d’art et de juriste. Il a été, pendant dix ans, directeur du Fonds régional d’art contemporain d’Aquitaine, avant de s’orienter vers une carrière de « programmiste » d’équipements culturels, qu’il a menée en Belgique, Suisse et Autriche. Missionné par la Région, il a en charge de peaufiner le projet, qui devra conserver mémoire du passé ouvrier du site métallurgique.

L’enveloppe

Décidé en 2004, le projet a été inscrit en 2007 dans le contrat de plan Etat-Région, avec une réserve de 27,1 millions d’euros. On arrive à mi-parcours de la validité de l’engagement. D’où la nécessité de relancer la procédure, confirmée par la nomination d’un délégué.

Les études

On n’est toutefois pas resté les bras croisés depuis 2007. Alain Vandervalière, ancien directeur adjoint du cabinet de Catherine Tasca, quand elle était ministre de la Culture, a été chargé par Alain Tourret de donner un premier contenu au projet. Le vice-président du conseil régional a fait expertiser les bâtiments visés, ainsi que l’ensemble du site. Les conclusions sont positives pour une réhabilitation des lieux et des accès sans difficultés.

Les orientations

Le pôle réunira le Fonds régional d’art contemporain, installé rue Vaubenard à Caen et le Centre régional d’art contemporain, qui se trouve à l’intérieur du théâtre d’Hérouville. Tous deux sont à l’étroit. Y seront accueillis des artistes en résidence. La hauteur de plafond des halles et la présence d’un transbordeur permettent d’envisager des oeuvres monumentales. On s’oriente vers une dominante « architecture et urbanisme », à l’exemple du centre d’architecture de Bordeaux, Arc en Rêve. Pour ce qui du réfrigérant, son aménagement reste encore à l’état de souhait. Le projet, enfin, prévoit un lieu pour l’Université populaire de Michel Onfray.

Les étapes

Le terrain appartient à Normandie Aménagement. Il devrait être cédé pour un euro symbolique à la Région. Un pré programme sera présenté en janvier prochain à un comité de pilotage. Au printemps, devrait être lancé un concours international d’architecture… Dans le meilleur des cas, on ne peut espérer une réalisation avant 2014. « Ça serait bien si ça pouvait coïncider avec les Jeux équestres mondiaux », qu’accueillera cet été-là la Basse-Normandie.

Ambition

L’exemple de la réussite du musée Guggenheim de Bilbao, ville sidérurgique sinistrée, attise l’enthousiasme d’Alain Tourret, qui avait porté le projet avec Dominique Parthenay, alors directeur régional des affaires culturelles. « Nous serons les premiers en art contemporain de tout le littoral de la Manche et une référence européenne avec la nouvelle École supérieure des arts et médias. L’entreprise de l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine, à l’abbaye d’Ardenne arrive à son terme. Il aura pris vingt ans. C’est le deuxième très grand projet de la Région qui est engagé. »

Xavier ALEXANDRE.
Ouest-France – Source
Illustration : Source wikipedia
Publicités

Filed under: actualités, presse, , , , , , , , , , , , ,

L’imprévisible

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.

TWITTER

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.