ADADA

Association de Défense des Artistes et de Développement des Arts

Toute affaire cessante ! Lundi 14h00 rendez-vous au tribunal de grande instance de Caen ! place Fontette

En 7 ans les effectifs des intermittents du spectacle ont été réduit de moitié !
Comment est-on parvenu à un tel résultat ? Par tous les moyens !
Précarité ! diminution des droits ! régime impraticable ! disqualification professionnelle !
C’est de cela dont il sera question ce lundi.
De tous les moyens utilisés pour « éliminer » les intermittents celui-là est le plus odieux : il s’agit de transformer un intermittent en escroc !
RIEN MOINS QUE CELA !
Il faut arrêter cette machine ! NE PAS LAISSEZ FAIRE CELA !
Aujourd’hui Christophe LEHODEY …
Demain à qui le tour ?
Nous devons demain lundi 13 décembre montrer notre détermination, manifester notre solidarité, empêcher que cette abomination continue.
Vous trouverez ci-joint la témoignage du maire de Caen ! C’est un renfort appréciable !
L’adada avait lancé une pétition pour la reconnaissance de la notion d’artiste intervenant ! elle avait recueilli plus de 5000 signatures.
Christophe Lehodey n’a jamais été professeur de théâtre… Pour exercer cette profession des diplômes existent et des écoles labelisées.
Ce qu’il a fait, des milliers d’intermittents le font il a tenu des ateliers ou la sensibilisation et une certaine pratique du jeu théâtral donnait accès à une pratique artistique ! Formait-il des futurs acteurs ? Était-ce sont objectif ? Bien sûr que non ! Heureusement que non !
Ainsi Christophe serait victime d’un certaine confusion qui règne dans nos pratiques ! Il paraît que dans notre justice le doute bénéficie à l’accusé !
Nous aurons donc l’occasion ce jour d’en  vérifier l’adage !
Tous demain au tribunal de Caen
JP Dupuy
Ci-dessous message de Monsieur Philippe Duron et le rappel des enjeux


Cher Jean-Pierre,

Je connais Christophe Lehodey qui a donné des cours de théâtre dans une association qu’animait Marie-Anne, ma femme. Nous sommes solidaires de ce garçon courageux. Je ne pourrai être au TGI, car je défends un dossier Caennais à Rennes au même moment.
Amitié

Ph Duron


Comment se payer la tête d’un intermittent ?

LUNDI 13 décembre 2010 : Un camarade Intermittent passe au tribunal de grande instance à CAEN (place Fontette) à 14h00.
Pôle-Emploi l’accuse d’escroquerie ! Venez nombreux le soutenir.

S’en sortira , s’en sortira pas ?  Nous apprenons que ce lundi Christophe Lehodey

Va passer au tribunal de grande instance de Caen ! Christophe Lehodey est un intermittent du spectacle … De quoi l’accuse-t-on ? D’être un escroc, tout simplement.

En effet les assedics ont contesté son statut d’artiste comédien, ce que faisant ces  heures de travail ont été « déqualifiée » avec pour conséquence, la remise en cause de son droit à l’intermittence sur plusieurs années ! Notre camarade se retrouve donc avec un trop perçu de plus de 35000 euros !

Ce que nous disons –nous- à l’adada, c’est que ce genre  de « redressement » peut « tomber » sur n’importe qui !  Et notre camarade, en l’occurrence sert de bouc émissaire. Il s’appuyait pour gérer sa situation professionnelle sur sa famille. C’est évidemment une chose qu’il ne faut pas faire. Malheureusement  notre camarade pas plus que sa famille n’avaient les compétences requises et c’est bien là où le bât blesse. En règle général, les artistes ne sont pas par science infuse des administrateurs compétents mais de là à les considérer comme des escrocs, il y a un pas qui nous l’espérons ne devrait pas être franchi par la justice. Rendez-vous ce lundi à Caen pour affirmer notre solidarité !

Prix d’un assassinat social: 35447,25 euros

Rmiste, 40 ans, séparé, deux enfants, Christophe Lehodey dispose de moins de 100 euros par mois pour vivre manger et subvenir à ses besoins et à ceux de sa famille ! En prime les assedics l’ont mis en demeure de rembourser 35447,25 euros avec menace de saisie et de procès à la clef. Comment en est-on arrivé là ? Très simple, notre camarade s’est vu contester ses heures déclarées d’année en année; Une heure par ci, deux heures par là, pour un homme qui travaillait sans compter, les assedics sont arrivées sans trop de difficultés à le faire passer en dessous de la barre fatidique des 507h et ce depuis 2001… Il est vrai qu’à part sa passion théâtre qui ne le nourrit pas, le Christophe ne vaut pas un clou. Comédien, metteur en scène, écrivain…Il a pu présenter en 2001 un spectacle intitulé ‘l’humanité ordinaire” sous l’égide du Centre Dramatique et il a cru alors pouvoir créer sa compagnie : La Compagnie du Noroît avec sa petite mère dans la cabine de pilotage…. Et voilà

Comment on voudra bien expliquer et comprendre le naufrage ! Alors maintenant, considérons l’inhumanité ordinaire de la situation de Christophe ! Sans afféteries ( sans apitoiement excessif), sans démagogie. Au moment où l’on parle d’un revenu d’existence pour chaque individu… L’on peut se dire, à juste raison, que la condamnation à 35447,25 euros de remboursement est une ineptie.

Voilà ce que nous écrivions en 2007 !

Rien à changer ce jour !

ADADA  11 Décembre 2010

Publicités

Filed under: actualités, documents, , , , , ,

Trois invitations

Nous avons reçu trois invitations ces derniers jours dont je vous prie de prendre connaissance.

La première concerne les ennuis de certains camarades anti-nucléaires avec la justice et le fait que le comité de soutien organise aux ateliers intermédiaires un concert à 20h00 mercredi prochain. (fichier joint)

La seconde concerne l’économie solidaire qui organise des états généraux et nous sommes invités mardi à 17h00 maison du peuple de Colombelles !
Je ne suis pas sûr d’y aller. Qui souhaite y aller ? (dossier joint)

Enfin on peut voir des adadaïstes s’organiser ENSEMBLE pour se manifester et cela :
1 mérite d’être souligné (car c’est un de nos objectifs que provoquer ouverture et décloisonnement, forme de solidarité  et de développement. )
2. mérite notre soutien.
Il s’agit de rencontres autour de la danse qui auront pour cadre la galerie HYPERTOPIE au 22 place letellier à Caen avec Danse Perspective et Valérie Colette-Folliot le mardi 14 décembre à 18h30, l’entrée est libre.

Enfin à travers ces invitations se pose avec acuité la question  d’une newsletter ADADA.
Cela implique la mise en place de règles et que chacun prenne le soin d’écrire et d’alimenter notre future newsletter.

Or, si l’adada représente un réseau tentant pour informer, il doit l’être aussi pour réfléchir au sens commun de nos échanges. Je veux dire que notre organe d’information doit reposer sur deux types de collaboration ayant tantôt l’adada comme moyen (on s’en sert pour faire passer une info) tantôt comme fin (on met son talent au service de l’adada). C’est, selon moi, ce délicat équilibre qu’il nous faudra tenir.

Nous avons demandé à Philippe Duron une aide sur sa réserve parlementaire pour traiter de cet objet : une communication internet efficace.

Saisissons-nous de cette réflexion.

Jean-Pierre Dupuy

Filed under: actualités, contributions

Intermittence : où en sommes-nous ?

En 2003, l’UNEDIC a remis en cause le niveau d’indemnisation des intermittents, provoquant une crise sans précédent. Rappelez vous : on nous disait le régime gravement déficitaire et les intermittents ont mis en évidence que le déficit procédait du sous financement endémique des activités artistiques et culturelles par la puissance publique d’une part, de dérives concernant l’utilisation du régime par les grandes « boîtes » de production d’autre part.

Pour mettre en œuvre une solution durable et efficace, les intermittents ont négocié avec les élus de la nation (commission Pinte) un dispositif nouveau qui sans remettre en cause le principe de solidarité professionnelle aurait dû permettre d’enrichir le dispositif de ressources nouvelles. Malheureusement, l’UNEDIC cédant au MEDEF, n’a voulu retenir qu’une solution consistant à réduire les prestations accordées aux intermittents. Réduire donc la couverture sociale et indemniser moins longtemps et si possible moins d’allocataires, telle fut la politique mise en oeuvre.
Ainsi, à l’instar de ce qui se passe pour l’ensemble des salariés en perte d’emploi : la chasse aux chômeurs fut déclarée ouverte ! Sept ans après la crise, il faut se rendre à l’évidence, le plan de sauvetage du régime a échoué et le déficit est toujours là ! Il est normal que les intermittents s’inquiètent de savoir si ceux
qui se sont trompés hier, persisterons à continuer dans la même mauvaise voie !
Réduire encore des allocations insuffisantes et réduire encore le nombre des ayant droits ? La menace pèse lourdement sur nos camarades techniciens ! Nous disons fermement : nous ne permettrons pas cette nouvelle régression !

Par delà la bataille nécessaire d’une augmentation conséquente des moyens à affecter à la culture, nous constatons : qu’au lieu d’une solution globale et efficace ( commission Pinte déjà évoquée) les intermittents font l’objet d’une véritable guerre d’usure qui consiste, en permanence, à contester leur qualification ; c’est-à-dire la réalité spécifique de leur travail.
Contrôles et tracasseries bureaucratiques se multiplient entraînant gâchis et pertes d’énergie tant pour les artistes intermittents que pour les personnels administratifs les ayant à charge. Il s’agit d’éliminer. Coûte que coûte ! Est ainsi entretenu par Pôle Emploi une confusion constante entre le régime général et le régime spécifique des intermittents ! En particulier, des artistes se voient requalifiés comme enseignants ou animateurs au mépris des conventions collectives régissant ces secteurs !
Il est vrai que la déqualification des enseignants va bon train et que la précarité fait aussi son nid dans ce secteur ! Comme quoi le champ de l’intermittence déborde largement son cadre d’origine en modélisant la régression sociale pour l’ensemble des travailleurs. On voit donc que les glissements d’un régime à un
autre nous préparent des lendemains où la flexibilité sera le maître mot ! Actuellement, on oblige les intermittents à naviguer d’une irrégularité à une autre ! Vous n’êtes pas artiste, soyez autre chose sans la qualification requise ! Cette situation est insupportable.

Outre cette procédure déplorable à laquelle les artistes sont confrontés en permanence, une dernière trouvaille fait désormais partie de la panoplie du « y’en a trop ! éliminons ! » : c’est l’auto-entreprise ! Nous sommes vivement invités à renoncer à notre statut de salarié pour épouser celui de profession libérale ! Auto-entrepreneur ! Camarades chômeurs auto-entreprenez vous ! Devenez votre propre patron pour œuvrer à votre propre licenciement ! Voilà le dernier tour de magie auquel l’on nous invite ! Tour de passe-passe qui nous ramène en arrière d’un demi-siècle !

Quant au problème des retraites, les intermittents seront, comme tout un chacun, victimes, d’une réforme injuste et rétrograde. Selon nous, cette mauvaise réforme devrait mettre très rapidement, les comptes de l’Unedic, en difficulté, provoquant un accroissement général du déficit de l’assurance chômage. On ne voit pas qu’une telle perspective soit favorable aux chômeurs en général et aux intermittents en particulier ! Les intermittents déplorent déjà qu’actuellement leur niveau de retraite ne dépasse pas ou rarement le niveau du seuil de pauvreté ! La philosophie générale de la réforme des retraites, c’est de faire payer aux plus pauvres, aux plus fragiles la crise du capital et du système financier.
Et c’est pourquoi, les intermittents ne peuvent qu’être solidaires de l’ensemble des luttes menées par les organisations de chômeurs et de salariés.
Avec l’ensemble des travailleurs, Ils réfléchiront et oeuvreront à une société plus généreuse et plus solidaire.

Adada. Synavi. Coordination des intermittents (CPS CABN)

Téléchargez l’article au format pdf

Filed under: actualités, contributions, documents, , , , , ,

Un nouveau blog qui nous informe sur tout ce qui se passe dans la région : l’Esprit, la rencontre

Un nouveau blog à visiter, blog réalisé par un des membres de l’adada  : l‘Esprit, la rencontre
Ce blog, propulsé par WordPress, hébergé par SIVIT by NERIM, sur un thème d’ELEGANT THEME se donne comme terrain d’action : la Basse-Normandie.

Dominique NUGUES nous explique les enjeux de ce nouveau média :

Tout ce qui se passe dans cette région sur les plans : culturel, artistique, spirituel est susceptible de l’intéresser, toutefois l’Esprit, la rencontre n’a nullement l’ambition d’être exhaustif (manquerait plus que ça !).

De plus ce n’est pas parceque l’on est un petit média local que l’on s’interdit de parler de choses qui nous dépassent géographiquement,  bien entendu on essaie quand-même de savoir de quoi on cause 😉 .

Edité par Dominique Nugues, il peut y être publié des contributions d’autres rédacteurs.

Dominique Nugues signe Er (pour l’Esprit, la rencontre), de son point de vue les choses sont vues au filtre du christianisme.
Pour d’autres contributeurs, il peut en aller tout autrement.

L’Esprit, la rencontre est en Creative Common. Très connecté, Er communique sur des comptes associés du type : Facebook, Twitter où sont postés des informations différentes, complémentaires du site.

Des expériences d’écriture ouvertes par les « prodiges » des NTIC seront menées et publiées sur le Blog.

Outre la routine des articles fréquents et personnels, quelques sujets traités prochainement de manière collective :

  • L’intelligence collective
  • La psychologie transpersonnelle
  • Le transhumanisme

Ces trois sujets seront d’abord l’objet d’enregistrement via SKYPE puis seront répercutés par les nombreux canaux à disposition.
RadioBazarnaom est partenaire de Er, en ces circonstances.
Les MP3 sont hébergés sur ses serveurs et diffusés sur son antenne.

A suivre sur http://www.esprit-rencontre.fr/

Filed under: actualités, ailleurs, coup de coeur, , , , , ,

L’imprévisible

TWITTER